Accéder au contenu principal

Hot Lunch Special [Eliot Rahal / Jorge Fornés]

AfterShock Comics™ est une maison d'édition qui s'est lancée sur la marché de la bande dessinée étasunienne en 2015. On trouve à sa tête Joe Pruett, connu pour avoir été scénariste chez Marvel Comics™ et Caliber Comics™, ou avoir créé Desperado Publishing™ ; et Mike Marts ex-editor (un poste entre directeur de collection et rédacteur en chef) de DC Comics™ ou de Marvel Comics™.
AfterShock Comics™ a su rapidement intéresser des auteurs connus du milieu : Garth Ennis, Mark Waid, Amanda Conner, etc.
Et d'autres moins connus, comme ici Eliot Rahal et Jorge Fornés. 

« Le crime est la continuation du commerce par d’autres moyens »
            « Hot Lunch Special » est une mini-série en 5 numéros. C'est d'ailleurs la particularité d'AfterShock Comics™ que de proposer principalement des mini-séries, qui par ailleurs ne se cantonnent pas au seul registre de la BD de super-héros. 
Ça rend leur catalogue attractif, et surtout facile d'abord. 
Comme ici avec cette histoire criminelle, disposant d'un début, d'un milieu et d'une fin.
Si le scénario respecte les conventions des histoires récentes de malfaiteurs, débarrassées du glamour et de l'esprit chevaleresque qui semblait pourtant aller de soi après Le Parrain de Francis Ford Coppola et Mario Puzo, le véritable intérêt de « Hot Lunch Special » est à chercher du côté de Jorge Fornés. Un dessinateur dont j'avais déjà pu apprécier le talent sur la mini-série Magnus [Pour en savoir +]
Sur « Hot Lunch Special » sont storytelling est un apport essentiel au plaisir qu'on peut prendre à lire ce récit. 
Virtuose, mais aussi très bon technicien, comme on peut le voir supra avec l'utilisation de trames, Jorge Fornés est surtout au service de l'histoire. Il partage d'ailleurs la co-création de la mini-série avec son collègue scénariste Eliot Rahal. Ce qui est une juste rétribution au vue des multiples postes qu'il y occupe (dessinateur, encreur, coloriste).

Si ce dernier ne démérite pas, sans Jorge Fornés je ne serais sûrement pas allé jusqu'au bout de ce scénario avec autant d'entrain.
Un scénario qui doit occuper une place équivalent à ce que propose l'entreprise Khoury© dans la jungle de la restauration rapide.         
            « Hot Lunch Special » est donc l'occasion de découvrir un dessinateur très talentueux, qui va d'ailleurs bientôt travailler pour DC Comics™ sur un projet d'envergure, sous la houlette du très surestimé scénariste Tom King

Si le scénario d'Eliot Rahal ne restera pas dans mes expériences les plus marquantes en la matière, il permet néanmoins à Fornés de faire montre de tout son talent. Ce qui n'est déjà pas si mal !

Lire « Hot Lunch Special » c'est en somme appliquer la « politique des auteurs » à la bande dessinée. Autrement dit, en lieu et place du réalisateur comme seul auteur de son film, tel que le préconisait un manifeste de 1955 paru dans les pages des Cahiers du cinéma, on peut ici concevoir Jorge Fornés comme l'auteur de « Hot Lunch Special ».    Et lire cette mini-série en conséquence.  
__________
La couverture qui illustre le billet est l’œuvre de Robert Hack.          

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er