Accéder au contenu principal

Johnny Mnemonic [William Gibson / Jean Bonnefoy]

C’est semble-t-il, sur la suggestion de John Shirley, dont Gibson fera le « patient zéro du Cyberpunk », que ce dernier soumet « Johnny Mnemonic » à Ellen Datlow, qui sélectionne les nouvelles de la prestigieuse revue de Sf et de vulgarisation scientifique Omni
En mai 1981, il n’est cependant pas encore question de parler de « Cyberpunk ». 

            Encore aujourd’hui, presque 20 ans après sa publication et l’évolution sans commune mesure de l’informatique. Sans oublier tout ce que le genre a produit ; « Johnny Mnemonic » est d’une efficacité redoutable. 
Ceci tient en grande partie au style utilisé par William Gibson. 
La narration subjective, qui donne bien évidemment un ton personnel, vécu. Et la technique dite de l’Iceberg™, en vertu de quoi la force d’une histoire réside dans ce qui est sous-jacent. Dans son implicite. 
Par exemple, pas besoin de s’étendre sur le type de société dans laquelle se déroule l’intrigue, la description de Jones, le dauphin, suffit largement. Le reste des personnages est logé à la même enseigne ; on déduit ce qu’ils sont de ce qu’ils font. 
« Ralphi n’était pas seul. Quatre-vingts kilos de bœuf californien blond étaient juchés avec aisance sur la chaise voisine, un vrai catalogue d’arts martiaux. » Traduction de Jean Bonnefoy

            Reste que débarrassé de sa quincaillerie ; ce qui deviendra le Cyberpunk, appellation d’origine contrôlée que l’on doit à Bruce Bethke, mais popularisée par Gardner Dozois, « Johnny Mnemonic » a tous les atours sulfureux du roman criminel tel qu’on pouvait déjà le trouver à la fin des années 1920. 
            Mais c’est justement, et bien évidement cette « quincaillerie » qui donne à la nouvelle son originalité. 

Mélange d’intuitions, Gibson raconte volontiers que c’est en voyant la posture des joueurs d’arcade, qui traduisait leur volonté de rejoindre le monde virtuel, qu’il a eu l’idée du « cyberspace », de références musicales ; Molly Millions lui a été en partie inspiré par Chrissie Hynde, et l’orientalisme par le magazine Métal Hurlant
Et il y a déjà un peu de tout ça dans « Johnny Mnemonic ». 

            Ni prophète, ni prospectiviste William Gibson est d'abord et avant tout un écrivain.
Plutôt connu pour ses romans, et surtout sa célèbre trilogie dite de la  « conurb » (Sprawl Trilogy), ses textes courts n'ont pas à rougir de ses romans. 
S'il déclare tout aussi volontiers, qu'avant de se lancer sérieusement dans l'écriture de fictions il ne trouvait plus dans la Sf quoi que ce soit d'intéressant ( à quelques exceptions près), ce sont d'abord ses nouvelles qui ont creusé le nouveau bac à sable où il a pu s'exprimer. Et créer, pas tout seul et à son corps défendant, un nouveau courant littéraire. Ce qu'on n'avait pas vu en Sf depuis la New Wave de Moorcock & Co..     

« Johnny Mnemonic », nouvelle que le temps et le progrès n'ont pas encore rendu obsolète, rejoint en grandes pompes le challenge de lecture du Maki. Elle n'a rien à voir avec le film qui en a été tiré, ni avec la novelization qui illustre ce billet. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service