Accéder au contenu principal

Voyage avec l'extraterrestre [Carolyn Ives Gilman / Pierre-Paul Durastanti]

En lisant cette nouvelle, je n'ai pas pu m'empêcher, très rapidement, de pressentir que si le texte de Carolyn Ives Gilman utilisait - de manière si originale - un cliché indissociable du mythe extraterrestre, il ne pouvait pas ne pas y avoir de raison.
D'autant que l'un des mythes fondateurs des U.S.A., a justement eu maille à partir avec un précédent assez bien documenté.

            En effet, il y a eu un abondant signalement de cas autour des enlèvements que pratiquaient alors les Indiens en lutte face à l'avancer des « visages pâles », leur captivité, et bien sûr l'ensauvagement qui en découlait aux yeux du reste de la population. 
Le tout a d'ailleurs alimentait une certaine vision du Gothique américain, et du western.

Cette impression de voir se superposer ces deux « peurs » au motif unique, se trouvait accentuée par la nature même de ce que l'auteur nous racontait, à savoir un « voyage » (avec l'extraterrestre).

Autrement dit la reproduction du mouvement (sans jeu de mots) de la Conquête de l'Ouest©, symbolisée par la Frontière.
La Frontière qui n'est pas ici la border (i.e la ligne de démarcation entre deux pays), mais la matérialisation physique et (surtout) métaphysique de l’esprit civilisateur qui s’impose par la force.

« Il baissa les yeux sur la carcasse déchiquetée, la laissa choir, se redressa et s’écarta. »            

            Puis, après avoir terminé la nouvelle, j'ai lu la brève biographie de l'autrice que propose la revue BIFROST qui l'accueille. Dans laquelle on peut lire que Carolyn Ives Gilman est une « historienne rattachée au National Museum of the American Indian, elle est spécialisée dans l’histoire nord-américaine du XVIIIe et début XIXe siècle ». Une information qui valide, à mes yeux en tout cas, l'intuition dont j'avais été l'objet, lorsque je lisais la nouvelle, traduite par Pierre-Paul Durastanti.

D'autant que le reste de la nouvelle continue dans ce sens mais ......

            Bref, une très belle nouvelle, dont l'ambiance en clair-obscur et tout en subtilité, laisse toute latitude de ne pas forcément se laisser embarquer par son intuition, pour l'apprécier quand même. 
Son Grand Prix de l'Imaginaire® prouve que je ne dois pas être le seul à l'avoir aimée. 
Il ne me reste plus qu'à espérer que Carolyn Ives Gilman séduise de nouveau les éditeurs hexagonaux. 

En attendant cette nouvelle rejoint la liste de mes lectures pour le challenge du Maki.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service