Accéder au contenu principal

Clean Room [Gail Simone / Jon Davis-Hunt]

Je me suis plongé, je dois dire, assez distraitement, dans le tout premier numéro de « Clean Room » distraction dont je suis sorti très rapidement.
            En effet, un malaise sourd des premières planches de la série, scénarisée par Gail Simone & dessinée par Jon Davis-Hunt, pourtant bien sages en regard de tout ce qui arrivera avant la fin du premier recueil.
Des pages à l’ambiance dérangeante et vénéneuse, dont l’illustration ci-contre n’est que le haut de l’iceberg.

            Tacticienne retorse, la scénariste qui n'est plus un perdreau de l'année, utilise toutes les ficelles de son talent pour nous faire prendre des vessie pour des lanternes. Et ça marche plutôt pas mal !
D'autant que lesdites ficelles sont gommées avec autant de brio qu'il lui a fallu de talent pour les manœuvrer.

Labellisée Vertigo©, la série ne recule devant rien, ...... ou presque.

Compte tenu des cases au contenu crescendo assez choquant, voire explicitement sensuel (mais l'un n'empêche pas l'autre), certains dialogues éludent purement et simple le « Fils de Dieu ».
Nous avons ainsi droit à un « Jesus Crow » et à un « God Jeesum ». Bizarre !?
Cela dit, les individus qui utilisent ces termes le font peut-être pour une raison intradiégétique ?

            Reste pour l'instant, 6 numéros lus sur les dix-huit que conte (sic) la série, que Gail Simone a écrit une série aussi captivante qu'insolite.
Les planches de Jon Davis-Hunt, au style disons naturaliste, presque policé, ajoute au malaise ambiant.
« Clean Room » s'annonce pour l'instant comme une excellente série d'épouvante domestique. 

Dont le point de fuite n’est peut-être pas là où on le croit. 
Sorte de trompe-l’œil qui semble révéler, du moins jusqu’à plus amples lecture, une réification des dogmes d’une « religion » inventée par un romancier de Sf plus connu pour cela que pour ses romans.  Suivez mon regard ....
Une comparaison d'autant plus troublante, que la Honest World Foundation™, bien qu’ambigüe, n'apparait pas aussi toxique qu'elle pourrait devrait être présentée. Si mes soupçons s'avéraient.
  
Très recommandée ! 

(À suivre .....)

Commentaires

  1. Ça me fait plaisir de réentendre parler de cette série. J'avais également beaucoup aimé ce premier tome, à commencer par les dessins de Jon-Davis Hunt, que j'ai retrouvé avec encore plus de plaisir sur la série The Wild Storm, écrite par Warren Ellis. Par contre, mon intérêt s'était émoussé avec les 2 tomes suivants. J'aime bien les histoires de Gail Simone (Birds of Prey, Wonder Woman) mais je la trouve inégale dans la durée. Publiée en même temps, j'avais préféré la série Unfollow, de Rob Williams & Mike Dowling.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un avenir de lecture un poil décevant que tu m'annonces.
      [-_ô]

      Pour The Unfollow, je l'avions dans mes carnets. Depuis "The Royals" [https://artemusdada.blogspot.com/2015/10/the-royals-masters-of-war.html] et Cla$$ War [https://artemusdada.blogspot.com/2015/09/clawar-rob-williamstrevor.html] j'y ai toujours une place pour le travail de Rob Williams.

      Mais merci du rappel !

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®