Accéder au contenu principal

Thin Air, épisode 2

Précédemment dans « Thin Air » :
Architecturé autour de l'idée de la Frontière©, dont d'ailleurs les spectacles de Buffalo Bill donnaient un aperçu très ludique, et univoque. À l'instar donc de la théorie de F.J. Turner qui en faisait le creuset de l'américanité, la « Haute Frontière » opère de même sur les migrants terriens envoyés sur Mars.
Et, conséquence inévitable, l'esprit du Far West fait donc quasiment partie de l'ADN des indigènes martiens.
___________
            Inclure ce qu'il faut bien convenir d'appeler un stéréotype, la Frontière© en question, comme arrière-plan entraîne, inévitablement, l'apparition de personnages dotés d'une belle paire de chromosomes XY.
Ce qui n'est pas pour déplaire à Richard K. Morgan, puisque chacune de ses séries parues en France, a justement pour protagoniste principal, un « dur-à-cuire ».
            S'ils ne se ressemblent pas, ils empruntent (sauf Ringill son héros de Fantasy) au stéréotype du détective hard-boiled apparu dans les pulp magazines des années 1920. Takeshi Kovacs (du moins dans le premier tome de ses aventures), Carl Marsalis, et ici Hakan Veil, braconnent sur les plates-bandes du dur-à-cuire inventé dans les pages de Black Mask.  
            Un type de personnage autant né du zeitgest des années 1920 (fin de la « Der des Ders », prohibition, marasme économique), que de la volonté du Capitaine Shaw, rédacteur en chef de ladite revue.
Si le nom de Dashiell Hammett risque de venir immédiatement en tête, dès lors qu'il est question de détective hard-boiled, c'est à l'un de ses collègues que revient la paternité du privé dur-à-cuir.

            C'est en effet à Caroll John Daly que l'on doit d'avoir inventé le prototype du genre. Race Williams est un individu qui opère en marge de la loi. Situé entre l'escroc et le policier, il travaille pour l'argent et n'hésite jamais à tuer de sang-froid les truands qui l'ont mérité (les lecteurs et les lectrices attentives remarqueront le logo de la célèbre NRA, sur la couverture supra). 
Quelques mois plus tard le portrait s'affine avec le premier détective moderne de la littérature :  « J'ai une petit bureau dont la porte indique Terry Mack, détective privé .. Quelque fois les affaires marchent moins bien et je sors pour trouver du boulot ... je ne suis pas un escroc et je ne suis pas un flic ; je joue le jeu à ma façon ... »
Terry Mack travaille à New York, et porte deux puissants Colts .45 (et garde en réserve un calibre .25) dont le Shadow saura se souvenir. 
           Le roman policier américain dit hard-boiled (terme qui vient d'ailleurs directement le la Première Guerre mondiale) est un roman de suspense mais surtout d'action. Il a d'autant mieux le rythme de fuite et de poursuite du jazz, qui apparaît lui aussi au début du XXème siècle, que ses racine sont aussi à chercher du côté d'un personnage comme Natty Bumpo
Je vous l'ai dit, la Frontière© n'est jamais bien loin dès qu'il est question d'américanité. Quand bien même Richard K. Morgan est-il anglais.  

            Héritier du vigilant et du pisteur indien, le détective américain, dont le modus operandi n'a pas totalement abandonné le whodunit (ou kilafé) ne fait pas dans la dentelle comme ses cousins anglais ou les frenchies à la sauce Gaboriaux. 
Pragmatique, et souvent laconique, il préfère laisser parler la poudre et ses poings.

             Si  la Frontière©, théorisée par Turner ou encore Theodore Roosevelt a depuis, déserté les bancs de l'université, sa grille de lecture reste pertinente à mes yeux, au moins dans le domaine du divertissement.
Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si des gens comme Buffalo Bill ou James Fenimore Cooper, pour ne citer qu'eux, y ont eu recours sans s'être pour autant concertés.
Chacun, a leur manière, exaltait ce qu'il croyait en être la personnification la plus exacte. Et dont les points communs sont bien plus nombreux que les différences.

            Sorte de pierre philosophale, la Frontière© a donc accouché d'une type de personnage capable de survivre à la wilderness de la Conquête de l'Ouest™ et à l'air raréfié de la planète Mars.
Avec, je vous l'accorde, un ou deux ripolinages technologiques de circonstance. 

(Suite et fin .... bientôt)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …