Accéder au contenu principal

L'Ombre du chat [Paul Borrelli]

Ce roman, de presque 500 pages, est le premier d'une trilogie ; publiée entre 1994 et 1999.
Il peut toutefois se lire indépendamment des deux autres qu'a ensuite écrit Paul Borrelli.
Sous une couverture rien moins qu'engageante d'Alain Robert, se cache assurément un hybride Polar/Sf remarquable.

            Situé en 2032, principalement dans la mégapole de Marseille « L'Ombre du chat » a pour fil rouge une enquête sur un tueur en série surnommé  « Homicide express ».
Toutefois ne vous fiez pas trop à mon résumé succinct, qui omet bien évidement d'expliquer pas mal de choses. Sachez toutefois que « L'Ombre du chat » ne se résume (heureusement) pas à un énième roman sur un serial killer, qui serait un génie criminel, au quotient intellectuel supérieur à 160.

Manière de planter le décor, Paul Borrelli ne cache ni l'amour ni ce qu'il doit à Philip K. Dick (et à Serge Brussolo). Ainsi son Marseille 2032 a bien sûr quelque chose à voir avec le Los Angeles de Blade Runner
Mais comme l’approche cyberpunk que manifeste le natif de Toulon tout au long de son intrigue ; s'il n'existe pas de différence de nature avec les références admises précédemment, il y a (heureusement) des différences de degré.
Autrement dit, il ne s'agit d'un bête copier-coller, mais bien d'une interprétation sensible de motifs génériques au service d'une histoire.
L'aspect « polar» bénéficie également d'aménagements originaux dans son déroulement.

            Par exemple alors qu'il présente ses récits comme l'antithèse des romans à la Agatha Christie, Paul Borrelli recourt à une scène bien connue des amateurs de whodunit, mais dont la conclusion est très éloignée de celle qu'aurait pu faire Hercule Poirot
« L'Ombre du chat » est aussi un exercice stylistique. Le lecteur y rencontrera peut-être une épanadiplose narrative, et un clin d’œil au zoom de son célèbre prédécesseur La position du tireur couché de Jean-Patrick Manchette.  

            D'une manière générale  « L'Ombre du chat » est un hybride unique. La Sf y est là pour faire dérailler le quotidien dans une inquiétante étrangeté, l’enquête policière pénètre avec plus ou moins de doigté,mais d'une manière originale, des milieux interlopes anxiogènes, et souvent exotiques. Peuplé, aux dires de l'auteur, de fragments en devenir et d'une somme de « bénéfices secondaires » accouplés à une sérieuse documentation, « L'Ombre du chat » s'éloigne résolument des standards héroïques pour tutoyer une entropie créatrice. 
Celle dont seule la meilleure littérature peut accoucher.   

Un roman noir et serré, à avaler d'un trait !         
(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service