Accéder au contenu principal

Dead Men Running [Darko Macan / Danijel Zezelj]

            Publiée entre le mois de mars 2002 et le mois de mai de la même année, la mini-série « Dead Men Running », sous les très évocatrices couvertures de Derek Hess (mais sans aucun rapport avec le contenu des numéros qu'elles illustrent), est une aventure dont Captain America serait le parrain. Plutôt que le personnage principal.
Cette articulation particulière du scénario, où Captain America abandonne son rôle de golem pour celui de psychopompe, a eu une vertu que je n'attendais pas.
Elle attire étrangement l'attention sur ce que j’appellerai la « boîte à outils » scénaristique dont se ici sert Darko Macan.
            J'ai ainsi été frappé par la structure dudit scénario, qu'on dirait tout droit sorti d'un manuel de script doctor. En l’occurrence celui de John Truby.  
Tout y est : l'arène, le réseau de personnages et leurs liens d'attraction/répulsion, les « lignes de désir », sans oublier « l’argument moral », sans qui les techniques de Truby ne seraient pas ce qu'elles sont. 
Cette structure, pour John Truby, a essentiellement pour but de développer l'histoire de façon « organique », et non pas mécanique. Autrement dit, l'intrigue se nourrit et se développe à partir  d'elle-même. Les personnages agissent en vertu de leurs propres convictions, en fonction de l'adversité.
Et ça marche !
Danijel Zezzlj apporte à ce scénario l'indispensable caution artistique d'un dessinateur à nul autre pareil. 
Son style, reconnaissable entre tour, storytelling, et ses compositions fournissent un implicite aussi nécessaire qu’indispensable, et rend l'émotion bien plus forte que ne le feraient les seuls mots d'un récitatif.
            Exercice de style donc, encore souligné par l'épanadiplose « We are dead », qui commence et termine chacun des trois numéros.
Mais également leçon de philosophie, « Dead Men Running » est en effet aussi un bréviaire de l'amor fati nietzschéen.  Une leçon par l'exemple.
Et tout ça avec un Captain America fantomatique.
Très recommandé donc, même aux lecteurs qui ne lisent pas de bandes dessinées de super-héros. Mais qui lisent impérativement l'anglais.
Cette mini-série n'a en effet pas eu l'heur de plaire aux éditeurs hexagonaux.
Dont acte !     

Commentaires

  1. Belle découverte, je note ça.

    C'est d'autant plus intéressant qu'à la seule vue des couvertures, des planches et du sujet, on entraperçoit la matière et la sensibilité que peuvent apporter des auteurs qui ne viennent pas du sérail traditionnel de la bande dessinée américaine de super-héros pour peu que l'éditorial leur en laisse l'opportunité. Une alternative qui semble bien loin aujourd'hui un peu moins de vingt ans plus tard.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er