Accéder au contenu principal

Exilés : D'une main de fer

Sortie tout droit du think tank du 10 East 40th Street (NY), « Exilés » est pour ainsi dire l’heureuse rencontre de la série cathodique connue dans l'Hexagone sous le nom d' Au cœur du temps (1966-1967), et de sa consœur qu’on ne présente plus, Mission : Impossible
Ou peut-être s’agit-il de la celle de séries plus récentes telles que Sliders : Les mondes parallèles et Code Quantum !?

            En tout état de cause, confiée en 2001 au scénariste Judd Winick et au dessinateur Mike McKone, « Exilés » connaitra une première mouture de 100 numéros consécutifs, mais pas toujours avec la même équipe créative.
L’arc narratif (#27, #28, #29), intitulé « D'une main de fer », dont il va être question ici, est d’ailleurs dessiné par Kev Walker. Un dessinateur britannique qui a commencé sa carrière professionnelle en 1987, d'abord au service de la société Games Workshop©, puis au sein de l’hebdomadaire 2000AD.
Notamment comme encreur sur les dessins de Steve Dillon.
Judd Winick, fidèle au poste depuis le premier numéro, est donc l’auteur du scénario.

            L’idée d’Exilés est à mettre en perspective avec la ligne Ultimate™, laquelle entérinait officiellement l’idée que l’univers Marvel© était un multivers.
Miroir aux silhouettes, la bande dessinée de super-héros, grâce à cette série, allait au bout de sa propre nature, en épuisant toutes les possibilités d’univers, et toutes les variations d’un même personnage. Puisqu'il sagit de voyager dans autant de dimensions différentes qu'il pourrait en exister.

« D’une main de fer », l’histoire dont il est question ici, présente ainsi un futur où Iron Man est devenu un dictateur mondial.
Si le scénario attend ses dernières planches pour révéler tout son potentiel, l’arc narratif bénéficie immédiatement du talent de Kew Walker pour devenir un incontournable de la série. Walker a en effet un sens quasi épidermique du Sublime, et Winick lui donne l’occasion de le montrer.

Dès la couverture, le contrat est clair ; Iron Man y est représenté recouvert de la cape du Docteur Fatalis dans une pose qui en dit long.
Les aficionados des éditions Marvel© n’auront pas besoin d’explications, quand bien même celles destinées aux nouveaux venus seront lues avec plaisir.
Cet arc, qui décidemment met les petits plats dans les grands, embarque une équipe inédite.
Une sorte de contrepartie « grim & gritty » de l’équipe éponyme, connue sous le nom d’Arme X.

            Ces trois numéros, qui peuvent se lire indépendamment du reste de la série, sont très denses (pour de la BD mensuelle). Judd Winick écrit un scénario modulaire captivant, dont le fil rouge n’a pas peur de se frotter à la grande Histoire. Le ton y est plutôt grave, élégiaque.
Un côté solennel renforcé par l’utilisation de cartouches de récitatifs, et bien sûr par le style de Kev Walker qui s'y prête.
L’intérêt principal de cette série est qu’elle repose sur la rotation de ses personnages. Ou comme ici, en accueillant une autre équipe.

Une incertitude bienvenue dans le ronron structurel de séries, dont le succès, au long cours, a transformé les personnages principaux en autant de poules aux œufs d’or vitrifiées.
J’évoquais au début de ma recension quelques titres de séries télévisées pour cerner le code créatif d'« Exilés », mais ceux qui lisent de la bande dessinée américaine n’auront pas manqué de voir dans ce projet, l’ombre portée de la Suicide Squad de la Distinguée Concurrence. Mais résumer « Exilés » à ses seules possibilités létales serait injuste.
Même si « D’une main de fer » ne risque pas de détromper qui que ce soit.
            Ceci étant dit, si l'occasion se présente de mettre la main sur ces trois numéros, traduits par Françoise Effosse-Roche pour les éditions Panini, dans les numéros 27 à 28 du magazine X-treme X-Men, n'hésitez pas à tenter l'aventure.
Elle risque de vous plaire !  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er