Accéder au contenu principal

Revolver [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Dernier roman en date de Duane Swierczynski publié de ce côté-ci de l'Atlantique, « Revolver », peut être décrit superficiellement (mais efficacement) comme un crossover entre Cold Case : Affaires classées et Blue Boods.
Deux séries télévisées policières qui, dans le premier cas reviennent sur des affaires non résolues, et qui dans l'autre s'intéresse à une famille où on est policier de père en fils.

               Duane Swierczynski est à Philadelphie ce qu'est James Ellroy pour Los Angeles ou Dennis Lehane pour Boston ; quelqu'un qui écrit la biographie d'une ville au travers d'histoires (plus ou moins) policières de ses habitants.
« Revolver » en est un précipité astucieux, en ce qu'il adopte trois points de vue différents. 

Celui de Stan Walczak, policier dans les années 1960, celui de son fils Jim, capitaine à la retraite rattrapé par son passé. Et enfin Audrey, la fille de Jim, étudiante en médecine légale. Trois époques (1965, 1995, 2015) qu'explorent alternativement les 42 chapitres du roman.
Un moyen très efficace de capter l'attention et auquel il devient difficile, au fur et à mesure que progresse les lignes temporelles, d'échapper. 
La brièveté du roman, un peu plus de 300 pages, augmente l'assuétude développée, en livrant un roman affuté.

Toutefois, « Revolver » adopte plutôt un parti pris voisin de celui de Dashiell Hammett dans son roman Le faucon maltais. Le meurtre, irrésolu, de Stan Walczak sert surtout de révélateur. Apparaîtrons ainsi grâce à lui des secrets familiaux, et un portrait de Philadelphie
Non pas que le meurtre en question ne compte pas, au contraire ! Mais il n'est pas seul en course pour créer du suspense. Et surtout il ne fait vraiment l'objet d'une enquête, en termes de procédure.
            Au final, « Revolver » est tout à fait capable de vous rendre insomniaque. Et ce, malgré une couverture française d'une banalité affligeante, et de quelques expressions ou phrases dont la traduction souffre d'une peu d'étourderie. 
Ainsi le pénible « trou de balle », ou cette très étonnante phrase, sur laquelle j'ai butée : « D’un coup de sa chaussure de ville noire, la porte éclate et la voie est ouverte. ». Je précise qu'à ce moment-là celui qui donne ce coup de pied se trouve, justement, dans un quartier noir de la ville.

Rien qui ne puisse être oublié presque aussitôt, tant le destin familial de la famille Walczak, vu par Duane Swierczynski, est passionnant. 

Un auteur qui n'est, en tout cas, pas près de me semer !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service