Accéder au contenu principal

Voilà que l'Enfer dilate sa gorge ... [Michael Marshall Smith / Benoît Domis]

« Je le regrette. Vieillir va me manquer » 
            Comme la couverture du vingt-huitième numéro de la revue le dit, Michael Marshall Smith y occupe la place de l'invité d'honneur.
Article en forme de curriculum détaillé, (courte) bibliographie française, entretient, et une nouvelle, probablement l'une des toutes meilleurs que j'aie jamais lue.
Bref, un excellent dossier sur l'un de mes auteurs favoris.

Que j'ai eu la chance de découvrir juste au moment où il était publié en France
D'abord Avance rapide en 1998, puis presque en même temps Frères de chair, et ensuite La proie des rêves ; trois romans Sf qui m'auront marqué durablement. 

Viendront ensuite quelques nouvelles dans Galaxies donc, Ténèbres, puis, plus tard l'imposant recueil L'Homme qui dessinait des chats.  
Entre-temps Michael Marshall Smith publiera des thrillers tout aussi bons, la trilogie des Hommes de paille, sous le pseudonyme de Michael Marshall. 
Et prochainement, en août 2020, est annoncé chez Bragelonne™, L'Anomalie, sous un nouveau nom de plume : Michael Rutger. 
« Ce qui est arrivé n'était pas notre faute »

Je me suis même acheté The Gist, un projet très original, et assez confidentiel.
Il s'agit d'une nouvelle, écrite en anglais par Michael Marshall Smith, traduite en français par Benoît Domis, puis à partir de cette traduction, retraduite en anglais par Nicholas Royle. 
La nouvelle s'intéresse bien sûr à un traducteur, à qui on confie un manuscrit rédigé dans une langue inconnue.
« Dix ans plus tard Rebecca était morte »

            Si je devais très succinctement présenter Michael Marshall Smith, je dirais que c'est un auteur capable de s'emparer des clichés les plus rebattus et de leur donner une nouvelle jeunesse en les abordant d'un angle inédit.
En sachant toutefois que l'épouvante n'est jamais totalement absente de ses récits. 
Bon ce n'est pas forcément vrai à 100%, mais en ce qui concerne « Voilà que l'Enfer dilate sa gorge », cette description sommaire coche toutes les cases.
« Et puis, un jour, l'un d'eux réapparu »

Une manière originale d'aborder les (mauvais) genres donc, mais aussi un style.
Michael Marshall Smith est de ceux qui soignent ce qu'ils ont à dire. Et il porte toujours une attention particulière à ses personnages. Avec raison car ils sont, évidement, les yeux avec lesquels le lecteur verra les choses. La conjugaison des genres est aussi l'une de ses forces.

Ici, le récit est autant une histoire de Sf que de Fantastique. Mais surtout une franche réussite.
« Je suis inquiet de ce que nous pourrions faire avec n'importe quelle technologie »
Michael Marshall Smith

L'éditeur Bragelonne™ commercialise cette nouvelle à l'unité sur son site, pour ceux que cela intéresse. 
            Pour ma part cela doit faire 3 ou quatre fois que je la lis, et elle garde toujours autant d'impact. Alors même que la surprise est bien evidemment éventée.
Une nouvelle lecture qui lui permet de s'ajouter à ma liste de nouvelles du challenge lecture de l'ami Yogo.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service