Accéder au contenu principal

L'Idole et le Fléau [L-F Bollée / Igor Kodey / Len O'Grady]

À partir du 18 juin 2012, un fléau d'origine inconnu tue des milliers d'enfants. 
À dater de ce jour, de façon inexplicable, aucun enfant ne dépassera plus l'âge de 6 ans, 3 mois et 27 jours. Outre le choc qu'occasion bien évidemment cette pandémie, la disparition de l'humanité se compte désormais en années ! 
            Programmée sur 4 tomes aux éditions 12BIS, puis sur trois, toujours selon son scénariste Laurent-Frédéric Bollée, « L'Idole et le Fléau2009 » n'en comptera finalement que 2, suite au désistement surprise de son dessinateur, le prolifique Igor Kordey. 
Deux tomes qu'on a parfois rangés sur l'étagère des Uchronies, quand bien même la divergence indispensable à la réécriture de l'Histoire, chère à Charles Renouvier, n’apparaît qu’en 2012. Soit trois ans après la parution du premier album de la série. 
Or, par définition, le point de divergence d'une Uchronie est toujours antérieur à la rédaction de l'histoire qui en parle. Ce qui n'est donc pas le cas ici.
À moins que ladite divergence ne soit à chercher en 1935 ? 
Une année où se déroule bien un événement tout à fait exceptionnel (et secret), relaté dans un des flashbacks, chargés d'éclairer l'origine du fléau en titre, qui rythment le récit. Mais une divergence dont les effets se feront donc attendre jusqu’en 2012. 
            En aparté, je trouve que l’évènement en question fait de « L'Idole et le Fléau » un rejeton déclaré du Matin des magiciens1960. Ouvrage qui donna alors un très large écho à l'occultisme nazi, devenu depuis un sous-genre à part entière de l'imaginaire collectif. 
Une notoriété que l'univers de bande dessinée inventé par Mike Mignola a encore accru, au travers des aventures de son héros fétiche Hellboy
Un Mike Mignola qui, soit dit en passant, devait rejoindre la distribution des personnalités invitées par L-F Bollée, telles Carl Sagan, Alan Turing, ou encore Ian Fleming. 
Ce dernier doit sa présence non pas à son espion mondialement connu, mais à sa courte carrière au sein de la Naval Intelligence pendant la Seconde Guerre mondiale. Une division du renseignement britannique pour laquelle il imagina quelques opérations secrètes. Dont justement une, restée au stade de projet, dénommée « Operation Ruthless ». Un nom de code qui ira comme un gant au titre du second tome de « L'Idole et le Fléau », avec qui elle partage plusieurs points communs. Là où le premier, intitulé Syndrome 6/3/27, s'inspirait plus ouvertement, d'un roman de P.D. James.           
            « L'Idole et le Fléau » est une série qui n'a donc pas trouvé son lectorat. Le scénariste parlera
« d'une douche froide » pour le premier tome, et d'une petite amélioration pour le second, « mais le mal était sans doute fait ».
Lâchée par son dessinateur, également occupé sur la série L'Histoire secrète (avec Jean-Pierre Pécau), seuls deux tomes trouveront finalement le chemin des librairies. Le troisième est disponible ici, sous forme de scénario découpé, grâce à L-F Bollée.
Qu'il en soit remercié. 
Reste deux albums de très bonne facture, pour lesquels je n'ai pas eu à bouder mon plaisir. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er