Accéder au contenu principal

Chef [Gautier Battistella]

La mère Brazier, « voilà un patronyme cracheur de feu » 
C'est à une histoire de la cuisine française que Gautier Battistella nous invite à prendre part. 
            Au menu rien ne manque : la cuisine familiale de l'immédiate après-guerre (voire un peu avant), puis l'apprentissage chez un maître (Bocuse), la découverte de la bistronomie bien avant son heure de hype (je vais vite), la cuisine moléculaire, la « guerre des étoiles » façon « petit livre rouge », et enfin la consécration mondiale, sans oublier Netflix™ et sa soif inextinguible de contenu. 
« Quand les dieux veulent perdre un homme, ils exaucent tous ses vœux » 
(Oscar Wilde .)
            Écrit par un connaisseur, Bauttistella a été salarié pendant 15 ans du Guide Michelin©, ce qui lui permet sûrement les philippiques qu'il prononce, « Chef » (22 euros aux éditions Grasset™) est une description très documentée du royaume des toquets français. 
Écrit à la manière du « Voyage du héros » à la sauce Vogler, rectifié par « Les Choses de la vie » de Claude Sautet, ce roman se dévore (sic) d'une traite. 
Non pas que Gautier Battistella se serait inspiré de la recette du célèbre script doctor américain ; il est plus simplement allé à la source du romanesque occidental comme Joseph Campbell avant n’importe qui d’autre, mû par une volonté impérieuse, un quasi atavisme. 
Car là où Christopher Vogler propose une recette, Gautier Battistella vous invite à un banquet. 
« Tu es barbu, 
beau gosse, 
tu tutoies ton client ? 
Tu es forcément un chef locavore, 
féru de vins nature 
et tu fais pousser des tomates cerise sur le toit de ton immeuble. » 
Et ce n'est pas faire injure à quiconque que de préciser que de la recette à l'assiette il y a nécessairement la médiation d'un talent, ou à tout le moins d'un savoir-faire, celui de qui vous régale. Quand bien même savoir refaire quotidiennement les mêmes plats avec une excellence similaire c'est là l'enfance de l'art (culinaire) disait Paul Bocuse. Et sûrement ajouterais-je, l'enfance de l'art littéraire (toutes choses égales par ailleurs). Soyons donc modestes, laissons la révolution aux révolutionnaires. 
            Ne vous étonnez cependant pas de découvrir des saveurs que vous ne vous attendez pas à découvrir s'agissant d'une telle invitation. Si Gautier Battistella a écrit un roman qui plaira à quiconque s'imagine sans fausse modestie cordon bleue 3ème dan, et s'il s’intéresse plus généralement à l'histoire (moderne) de la gastronomie, il ne snobe pas pour autant les amateurs de bonnes histoires. 
« Dodine de canard pistachée, foie de canard en gelé au sauternes, loup en croûte feuilletée sauce choron » 
De celles où les personnages sont joliment mitonnés pour devenir instantanément des individus, dont l'authenticité ne vous semblera pas moins vraie que les plats qui rythment l’existence de Paul Renoir ; 62 ans, tout juste élu « meilleur chef du monde ». 
            « Chef » c'est aussi le roman d'un métier dont Gautier Battistella nous montre les rivalités, les joies, les risques financiers, l'autoritarisme nécessaire ; bref l'envers du tablier blanc immaculé du « chef ». 
« Chef » est en définitive un roman dont je me dit qu'il aurait été impossible de faire mieux. 
Nota bene : la très belle couverture signée Mathieu Lauffray (par ailleurs auteur de Bd émérite), comme pour nous rappeler qu'une bonne assiette c'est aussi une belle assiette. [-_ô]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.             

Vis-à-vis [Peter Swanson / Christophe Cuq]

« Vis-à-vis », de P eter Swanson est, selon son éditeur français, un « thriller psychologique ». Lequel débute par une enquête criminelle dite par interversion. Ou, dans la langue d’ A gatha C hristie, une « howcatchem ».  Autrement dit une enquête où le meurtrier est connu par le lecteur dès le tout début de l’histoire.              On doit cette innovation, qui date quand même de 1912, à R . A ustin F reeman qui le premier l’a utilisée dans un court récit intitulé The Case of Oscar Brodski . L’enquêteur le plus capé dans ce domaine est à ce jour certainement le lieutenant Columbo , de la police de Los Angeles .  Mais « Vis-à-vis » n’est pas sans rappeler non plus le personnage créé par J eff L indsay, dont la notoriété a largement dépassé le cercle des amateurs du (mauvais) genre littéraire grâce à une série télévisée, diffusée durant huit saisons.  Cependant, malgré cet héritage « Vis-à-vis » s’écarte rapidement, et pour n’y revenir qu’à la toute fin, de l’univers policier.