Accéder au contenu principal

The Northman

Si je n'aime rien plus que d'avoir un éclairage érudit sur les fictions qui m'intéressent (voire sur celles qui ne m'intéressent pas), je suis souvent amusé du peu de recul dont disposent les sachants lorsqu'ils décident d'en parler. Et parfois les journalistes. 
Ainsi en est-il d'un article paru dans l'hebdomadaire Le Point™, en date du 5 mai 2022. Il s'intéresse à Northman, le film de Robert Eggers, dont la sortie en salle est prévue le 11 mai prochain. 
            Philippe Guedj, qui rédige l'article pour le magazine, indique que la production dudit long-métrage s'est entourée d'acteurs prestigieux, ce qui est un très bon début. Et surtout de plusieurs spécialistes - gage certainement d'une volonté d'authenticité ; dont une spécialiste islandaise en littérature médiévale et un archéologue britannique. 
Néanmoins Philippe Guedj semble aussi apprécier tout ce que le film véhicule comme stéréotypes. Ce qui n’est pas le cas d'un professeur d'histoire médiévale (français) invité à donner son avis. 
Ce dernier ne cache pas en effet, avoir fait la « moue à la vision de la bande-annonce » du film, comme nous le rapporte l'article. 
Par ailleurs, il y est précisé que Robert Eggers est un « fétichiste » des croyances, des chants, de l'immense beauté des paysage, et de « la brutalité des mœurs » des Vikings. Oh pardon, vikings, avec une minuscule puisque « viking » est une activité, et non un peuple comme on le croit encore naïvement. Nous voilà prévenus. 
            Or donc, nous avons d'un côté un réalisateur qui semble quand même s'intéresser aux images d'Épinal que véhicule l'imaginaire collectif sur lesdits Vikings. Un parti pris qu’apprécie aussi d’ailleurs le journaliste du magazine. Et de l'autre, un professeur d'histoire médiévale qui montre un enthousiasme très relatif devant la bande-annonce de Northman car dit-il ; « Il y a encore la persistance d'une représentation hyperviriliste et sexué du Viking (sic) [..] ». 
Outre une fixation malaisante sur l'hypervirilté d'une tripotée d'intellectuels que j'ai l'occasion de lire ici et là, penchant qu'ils ne manquent jamais de stigmatiser donc, sans jamais toutefois prendre le temps de définir ce qu’est pour eux cette si mal vue« hypervirilité ». Comme ici dans cet article. 
J’ai néanmoins du mal à croire que ces individus qui s’enrichissaient « en pillant, en devenant mercenaire, mais aussi en devenant commerçant » dans le secteur de l’esclavage notamment (comme précisé) n'étaient pas des durs à cuire testostéronés . 
Au sujet de l’esclavage justement, ni l’auteur de l’article, ni le professeur, le maître de conférence ou la docteure invités ne pensent utile de préciser de quels esclaves il s’agit. 
Nous verrons pourtant, à la fin de mon propos, que l'occasion s'est pourtant présentée d'elle-même d’y revenir. Sans succès. 
Il est vrai qu’en France, la traite d’êtres humains fait l’objet d’un traitement sélectif, comme on a pu le constater au plus haut niveau de l’exécutif. Mais trêve de mauvais esprit. 
            Ce qui me navre donc, c'est le manque de recul évident de ces titulaires d’un savoir universitaire à qui on demande de parler d’un film, qui visiblement se situe du côté du divertissement sur le spectre de la réception attendue. Et qu’en aucun cas il s’agit d’édifier les spectateurs ni de leur donner un cours d’histoire comme leurs critiques semblent le laisser croire. Ce film n'a pas non plus je crois la prétention d'être un manuel de savoir-vire à l'usage des générations d'aujourd'hui.
            Philippe Guedj profite aussi de la sortie du film pour signaler qu'une association toulousaine organise non pas un raid <sourire>, mais une levée de fonds, pour construire un bateau viking. Lequel permettra à ses membres nous est-il dit, de se lancer dans la traversée de l'Atlantique Nord ; « comme au temps des pionniers vikings ». 
Louable et pacifique intention qui, nous précise le cofondateur de l'association en question, il ne faudrait pas confondre avec la récupération de l'iconographie viking par certains groupuscules d'extrême-droite. Ouf !! J'avoue m'être aussi posé la question, car figurez-vous qu'enfant, je regardais à la télévision cathodique le dessin animé Vic le viking. N'avais-je pas alors une attirance pour les idées nauséabondes ?! Je précise cependant que je n’aimais pas beaucoup ce dessin animé. <sourire en coin> 
            Sur la même erre, mais pas de la part du même interlocuteur, on apprend que la culture viking était « en connexion avec la nature et la Terre » (la majuscule n'est pas de moi). Et qu'une découverte récente (2015) d'ossements féminins dans une tombe prendrait tout son sens dans l’attrait qu’exercent sur nous - encore aujourd’hui – les vikings, grâce je cite : à « la montée des revendications féministes et les préoccupations environnementales ». 
Il fallait la tenter celle-là, l'Histoire comme manuel de bonnes manières ! 
Actualité oblige, Vladimir Poutine fait une brève apparition dans l'article. Ce qui nous vaut une allusion à la « Rus' de Kiev », l'état slave est-il précisé, sans que pour autant on en profite pour expliquer l'étymologie du mot « esclave ». C'est ballot. 
            Bref, dommage que quel que soit le sujet évoqué le besoin de greffer, contre vents et marées, un discours idéologique ne manque jamais. Quitte d’ailleurs à ce qu'il entre en contradiction avec le sujet de l'article dont on nous dit pourtant qu’il s’agit d’une production épique violente et sauvage, qui « chasse sur des terres beaucoup plus étranges » que Gladiator ou Braveheart. Le principal semble bien de nous bourrer le crâne quel que soit le sujet dont il est question. 
Mission accomplie ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er