Accéder au contenu principal

La Ruse [2022]

            Ce qui m'a le plus surpris dans cette affaire, c'est la surprise.
Celle lue dans un magazine d'information national qui relatait la diffusion du film, et où il apparaissait que la journaliste à l’œuvre n'avait jamais entendu parler de « l'opération Mincemeat ».
Ce n'est pas comme si cette opération d’enfumage n'était pas tout bonnement incroyable, et qu'elle était étroitement associé à Ian Fleming. « La Ruse » évoque d'ailleurs, manière de running gag, la propension des huiles du renseignement anglais à écrire des romans, et certains aspects des romans de Fleming (« M », « Q ») sont expliqués au travers de l'opération en question.
Ou, pour en revenir à l'étonnante surprise donc, que « l'opération chair à pâté » avait déjà fait l'objet d'un long-métrage en 1956. Sans parler du récit - plus récent - de Ben Mcintyre (2011 pour la traduction française). Bref une cécité intellectuelle plutôt surprenante.
Toutefois, si j'en crois l'article en question, John Madden le réalisateur de « La Ruse » a été tout aussi surpris de découvrir cette histoire juste avant de la tourner. Ce n'est pas comme s'il était anglais non plus.
            Ceci étant dit, quiconque décide de plonger dans ce film en prend pour un peu plus de 2 heures. Ce qui peut paraître long, mais n’empêche cependant pas de traiter par-dessus la jambe une histoire d'espion soviétique dont je ne vois pas bien quel bénéfice il apporte au film écrit par Michelle Ashord (dont j'apprends qu'elle a travaillé sur l'excellente série américaine Boomtown2002-2003). Et l'intervention d'un espion allemand aux motivations particulières, dont l'arrivée est aussi utile qu'un cheveu dans la soupe.
Bref, hormis ces deux points un peu faibles, « La Ruse » fonctionne très bien, et donne rétrospectivement très froid dans le dos. Alors qu'on en connait aujourd'hui le dénouement.
Penser qu'un stratagème aussi tordu avait des chances de fonctionner afin d'éviter l'hécatombe d'un débarquement en Sicile, est proprement ahurissant.
Il fallait avoir une sacrée dose d'inconscience, et la prémonition qu'un avenir bien plus terrible se profilait à l'horizon pour sacrifier tant de vie (si donc ça n'avait pas fonctionné). Cela dit, Churchil n'est pas connu pour avoir eu des états d'âme. On lui prête d'avoir dit, je cite : « L'Histoire sera indulgente car j'ai l'intention de l'écrire. »
Une belle leçon de désinformation en tout cas. Puisse-telle nous prémunir contre celles dont nous sommes toujours l'objet, suivez mon regard. <sourire>
Verdict : à découvrir !   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er