Accéder au contenu principal

BERLIN STATION (S01-E01)

Daniel, un analyste de Langley, vient d’être affecté en Allemagne, à la station de la CIA de Berlin. Il doit alors découvrir une taupe : un membre de l’équipe a fourni des informations à un lanceur d’alerte connu sous le nom de Thomas Shaw. Guidé par le vétéran Hector DeJean, Daniel plonge dans le monde des agents de terrain où les dangers sont aussi nombreux que les compromis moraux qu’il faut faire.
CRÉATEUR : Olen Steinhauer 
DISTRIBUTION : Richard Armitage, Rhys Ifans, Richard Jenkins, Michelle Forbes, Leland Orser, Richard Dillane...  


On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs … 

…. Si Berlin a été longtemps le symbole de l’affrontement Est-Ouest autrement dit, celui d’un monde « bipolaire », 25 ans après la chute de son Mur les enjeux ont changé et la ville n’occupe plus qu’une partie congrue dans l’imaginaire des amateurs de récits d’espionnage. 

La première saison de la série télévisée Berlin Station – prévue en 10 épisodes - replace au centre de l’échiquier la métropole allemande d’une manière assez astucieuse. 

En effet, reprenant les codes que tout amateur d’histoires d’espionnage connaît bien (de John le Carré à James Bond en passant par la série télévisée Mission Impossible pour le dire vite) : une agence de la C.I.A., des filatures, des agents doubles, des codes secrets mais à l’ancienne etc., la série d’Olen Steinhauer s’inspire toutefois de l’actualité et en particulier des « lanceurs d’alerte ». 

Si au siècle dernier il s’agissait de traquer les taupes du bloc soviétique, Daniel Miller (Richard Armitage) lui traque aujourd’hui l’agent qui renseigne une journaliste du Berliner Zeitung à la manière d’un Edward Snowden. 
À la différence près que l’agent en question est, pense-t-il encore en fonction. 

L’antenne berlinoise de la C.I.A. semble particulièrement visée, et il y est donc affecté, mais sans que les agents sur place ne connaissent sa véritable mission.

… je vois bien les œufs cassés mais où est l’omette ?*

 .… Loin d’un espionnage high-tech (certaines techniques d’écoute ou de « cryptage » font plus penser à la débrouillardise d'un McGyver qu’aux hackers de Michael Mann) qui fait sens, ce premier épisode adopte la perspective des agents de terrain qui payent les pots cassés des révélations desdits lanceurs d’alerte (un point de vue qui m’intéresse en cela qu’il va à l’encontre de la doxa), et signifie clairement une certaine nostalgie du bon vieux temps où l’ennemi était clairement identifié. 

Pas d’effets pyrotechniques ou de courses-poursuites (ou alors en vélo), Berlin Station tient plutôt d’Ipcress, danger immédiat, la désinvolture de Michael Caine en moins. 

Si ce premier épisode ne sort pas du lot des dernières productions télévisées que j’ai pu voir récemment - générique soigné, réalisation au diapason de ce qu'on est en droit d'attendre aujourd'hui à la télévision - la distribution et Richard Armitage en tête (vu dans l'excellente série MI-5 ou encore Strike Back, pas mal non plus), est très convaincante. 
D'autant que l'ambiance « guerre froide » joliment remise au goût du jour fait son petit effet. 

Cependant, deux particularités si je puis dire, peuvent faire la différence (en plus du point de vue pas très politiquement correct ou réactionnaire c'est selon, des conséquences sur la vie des agents de terrain). 

Premièrement, l’identité de la taupe est dévoilée assez rapidement (mais pas trop quand même) et surtout, toute l’enquête de Daniel Miller à Berlin est un flashback dont on connaît l’issue dès les premières minutes. 
Un dénouement (?) très efficace car certains des personnages, entrevus rapidement sans qu’on sache quel(s) rôle(s) ils y jouent, occupent une place loin d’être anodine dans cette histoire. Mais quelle(s) place(s) ? 

.... À partir de là il va falloir faire des prouesses en terme d’écriture pour suffisamment captiver ceux qui tenteront l’aventure de suivre les dix épisodes. Et choisir de sacrifier dès le départ ces deux sources d’énergie dramatique, laisse espérer qu’Olen Steinhauser a d’autres atouts dans sa manche. Ou pas. 

 À voir ! 
 _____________________ 

 * Panaït Istrati

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.