Accéder au contenu principal

Doctor STRANGE : Les Voies de l'étrange

       Si le Docteur Strange est l’un des premiers pensionnaires de la Maison des Idées, il n’a pas, à l’instar de ses coreligionnaires du début des années 1960, le même parcours aventureux. 
Il était plutôt d'ailleurs ces vingt dernières années, l’homme des mini-séries, ou le membre plus ou moins éminent d’un des différents groupes de super-héros de la Marvel. Mais pas celui dont le seul nom suffisait à lancer un titre au long cours. Nonobstant un curriculum vitae peu épais à titre individuel, toutes choses égales par ailleurs, celles et ceux qui s’en sont occupés l’ont fait en utilisant ses ressources au maximum. 
Il a même fût un temps, porté une sorte de masque comme le commun des super-héros, sans pour autant que cela y change grand chose. 

Ceci pour dire, qu’on semblait bien avoir été au bout de ce qu’il était possible de faire afin d’attirer les lecteurs auprès d’un personnage très loin d’avoir finalement, la place à laquelle il aurait dû prétendre. 

        En reprenant le personnage le scénariste Jason Aaron tente un retour aux sources, et pousse le concept d’affordance dans ses derniers retranchements. 
Ce concept, que j’emploie ici dans le cadre de l’ergonomie créative est la capacité d’un personnage à suggérer sa propre utilisation. En l’occurrence, Stephen Strange est un docteur, donnons lui donc les prérogatives qui vont avec ce titre - quand bien même est-il diplômé d’une école de sorcellerie - en lui faisant faire par exemple, des consultations. 
Une idée que l’on trouve au demeurant dès le premier épisode de ses aventures (Strange Tales #110) en 1963, où il ausculte les rêves et les cauchemars d’un patient. 
Toutefois, Jason Aaron pousse encore plus loin l’analogie mise en œuvre par Stan Lee & Steve Ditko, puisqu’il nous apprend que notre âme est colonisée (à notre insu car cela se joue sur le plan ectoplasmique) par des « parasites d’ordre mystique » et des « bactéries interdimensionnelles », voire des « dévoreurs d’âmes ». 
Et c’est là qu’intervient le docteur Strange, qui dès lors fait honneur à son titre. 
L’affordance vous disais-je ! [-_ô]
Toujours en communication directe avec le genius loci de la Maison des Idées, Jason Aaron opère une habile variation de la citation attribuée (de façon apocryphe) à l’oncle de Peter Parker : « with great power there must also come … great responsability ! » (Amazing Fantasy #15), datant de 1962. 
Ce qui donne en l’espèce, qu’il y a « un prix à payer pour jeter un sort ». 

Fort de ces bases, dont on ne peut pas dire qu’elles trahissent le personnage ni l’esprit corporate (du moins celui qui résidait au début des sixties), Aaron et son dessinateur Chris Bachalo, nous invitent à lire les cinq épisodes qui composent le premier recueil d’une nouvelle ère intitulé : Les Voies de l’étrange

        Malheureusement le résultat n’a pas été à la hauteur de mes espérances. 

Si le Docteur Strange est très occupé durant ces 5 numéros, l’impression qu’il ne se passe pas grand-chose est pourtant celle que je garde après en avoir terminé avec ma lecture. 
Strange brasse de l'air mais en vain. 
En outre, le scénariste ajoute au folklore qui entoure le personnage deux nouveaux éléments tellement originaux et incontournables que n’importe qui, connaissant un tant soit peu le personnage, se demande comment il a pu ne pas les connaître jusqu’à maintenant. Cherchez l'erreur ! 
Mettre Chris Bachalo, dont les dessins très travaillés voire baroques, sur une série de ce type est a priori, une bonne idée. 
Sauf que je trouve qu’il donne un air bien trop juvénile à ses personnages.
En effet, je n’ai pu m’empêcher d’imaginer que Stephen Strange –sous le crayon de Bachalo - était un enfant de 8 huit ans affublé d’une fausse moustache, jouant à être le Docteur Strange. Shocking !!! 
Et l’ensemble de la distribution, que l’on aperçoit au fil des planches, semble tout autant s’être échappé de la cour de récréation d’une école primaire que le personnage principal. 
Une impression qui ne facilite pas l’immersion dans un récit plutôt orienté vers un surnaturel à la Lovecraft. Cela dit, Bachalo arrive aussi à installer une atmosphère d’inquiétante étrangeté très réussie. 
Mais le résultat final apparaît comme le mariage de la carpe et du lapin. Un peu bancal. 

        C’est d’ailleurs l’impression qui me reste. 
Les Voies de l’étrange est à mon avis, un recueil bancal, pas franchement mauvais, mais qui ne m’a pas non plus donné envie de continuer la lecture de la série et d'en savoir plus. Dommage, avec des auteurs de ce calibre et un tel personnage, je m'attendais à grimper aux rideaux.
_______________
100% MARVEL : DOCTEUR STRANGE t.1 : Les Voies de l'étrange
Auteurs : Jason Aaron & Chris Bachalo
Traduction de Nicole Duclos
Lettrage : ELLETI
128 pages / 14,95 €

« Le Docteur Strange est le Sorcier Suprême : il gère les affaires magiques de la Terre et de toute la dimension. C'est un travail auquel il est habitué mais il y a une des leçons de son Maître qu'il n'a pas retenu : la magie a un prix et si on ne le paye pas régulièrement, les conséquences peuvent être terribles. »
(Contient les épisodes U.S Doctor Strange (2016) 1-5, inédits). Sortie le 12 octobre 2016

Commentaires

  1. Cet album est merveilleux, tout simplement ! J'attends la suite avec tellement d'impatience ! Savez-vous quand elle sortira ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne sais pas, Panini ne l'a pas encore annoncée.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…