Accéder au contenu principal

Marvel Classic : DOCTOR STRANGE

.... Extrait du recueil original intitulé Doctor Strange : Into the Dark Dimension, dont il est retranché deux épisodes (les n°68 & 74), ainsi qu'un préambule de 3 pages sur Cléa, lequel est remplacé dans l'édition française par les origines du Docteur Strange par Ditko & Lee (1963).

Ce septième et dernier numéro de la revue MARVEL CLASSIC met donc en scène le célèbre mais plutôt discret en terme d'exploitation commerciale sorcier de la Maison des Idées (du moins jusqu'à tout récemment), dans une histoire écrite par Roger Stern et formidablement épique.
Si l'ombre portée de Steve Ditko recouvre avec bienveillance et son approche psychédélique (à son oeuvre défendant certes) ces 5 numéros. Le contraire aurait été étonnant vu le contexte, Paul Smith & Terry Austin invitent l'intransigeant artiste dans les pages mêmes du magazine au travers de quelques cases où l'illusion est saisissante ; bien trop pour n'être que le fruit du hasard.
Et pourtant je n'étais pas au bout de mes surprises.

Ainsi, Roger Stern décidément très inspiré, s'autorise-t-il un plagiat par anticipation d'une totale effronterie mais avec un à-propos du meilleur aloi, d'un twist devenu depuis légendaire d'un des épisodes de La Guerre des Etoiles. Très bien vu ! (Mais pas si bien vue que ça en ce qui me concerne puisque je me suis emberlificoté dans les dates, et ce twist est d'abord apparu dans la saga Star Wars, bien avant donc cette aventure de Docteur Strange. Merci à l'ami Peio de m'avoir remis les idée en place).  
Tout comme l'est la caractérisation des personnages qu'il n'est pas nécessaire de connaitre pour qu'ils nous deviennent familiers sous la plume du scénariste. Un tour de force qui n'en était pas un à l'époque, et qui s'est pourtant singulièrement perdu de nos jours !

Les magnifiques couvertures de la série qui datent de 1985 sont fort heureusement reproduites, et on peut admirer le travail très accrocheur de Bret Blevins & d'Austin (décidément, et pour mon plus grand plaisir très présent).

.... Thomas Davier traduit très élégamment dans un français relativement soutenu cette saga, ce qui ajoute au ton épique de l'entreprise.
Cela dit même les meilleurs peuvent faire des choix malheureux.

Celui d'un « spot » par exemple, là où j'aurais vu plutôt un « écho » : « Il y a un spot à tribord » dit un marin en regardant son écran radar. Ou le choix induit par la langue américaine je pense, de garder un « futur » où un « à l'avenir » m'aurait semblé plus approprié : « Je devrais peut-être porter un déguisement dans le futur ».

Mais il est toujours plus facile de jouer à l'inspecteur des travaux finis comme je le fais que de mouiller la chemise en traduisant presque 130 pages. D'autant que j'ai bien aimé le ton général de cette traduction, et que ces quelques pétouilles ne sont finalement que des anecdotes en regard du travail accompli.

.... Bref un numéro indispensable (et je pèse mes mots) pour les amateurs de bonnes histoires, surtout à ce prix-là !

Reste néanmoins une très étrange assertion de Christian Grasse en fin de numéro où il attribue la paternité d'un personnage à un protagoniste ; alors que pour ma part j'ai lu tout autre chose dans cet arc.
Mais l'étrangeté n'est-elle pas consubstantielle au Docteur Strange ! [-_ô]


MARVEL CLASSIC n° 7 : DOCTEUR STRANGE trimestriel, 5,90 EUR, 128 pages 
Retrouvez les aventures du Dr Strange, et celles de Clea, contre ses plus puissants ennemis dont Dormammu et Umar, dans une saga complète des années 80 signée Roger Stern, Paul Smith, Bret Blevins & Terry Austin. Bob Sharen est aux couleurs ! 
Traduction de Thomas Davier et lettrage de L. Hingray & T. Semal.
(Contient les épisodes U.S. Doctor Strange (1974) 69-73 et Strange Tales 115, 5 inédits) 
Sortie le 18 octobre 2016 (Panini)


Commentaires

  1. Chose amusante, nous avons traduit et lettré le même bouquin pour Panini/Hachette. La trad est de Patrick Marcel et le lettrage de Cyril Bouquet, le tout sous la supervision de Stephan Boschat et de moi-même. L'ouvrage paraîtra dans la collection rouge de chez Hachette (le Meilleur des Super-héros). Il s'agira du n°26. Ce sera l'occasion de jouer au jeu des sept erreurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es sur tous les fronts (et j'en suis bien content) décidément, rien ne se fait plus en matière de traduction sans que tu sois à proximité. [-_ô]

      Bien content aussi de te lire l'aminche!

      Supprimer
  2. C'est intéressant. Si le sommaire de ce volume est également plus conséquent que celui du Marvel Classic, je patienterai jusqu'à la parution de cet ouvrage. Merci pour l'info.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici le contenu du bouquin Hachette : Strange Tales (Vol. 1) 110 et Doctor Strange (Vol. 2) 68 à 74.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…