Accéder au contenu principal

Marvel Classic : DOCTOR STRANGE

.... Extrait du recueil original intitulé Doctor Strange : Into the Dark Dimension, dont il est retranché deux épisodes (les n°68 & 74), ainsi qu'un préambule de 3 pages sur Cléa, lequel est remplacé dans l'édition française par les origines du Docteur Strange par Ditko & Lee (1963).

Ce septième et dernier numéro de la revue MARVEL CLASSIC met donc en scène le célèbre mais plutôt discret en terme d'exploitation commerciale sorcier de la Maison des Idées (du moins jusqu'à tout récemment), dans une histoire écrite par Roger Stern et formidablement épique.
Si l'ombre portée de Steve Ditko recouvre avec bienveillance et son approche psychédélique (à son oeuvre défendant certes) ces 5 numéros. Le contraire aurait été étonnant vu le contexte, Paul Smith & Terry Austin invitent l'intransigeant artiste dans les pages mêmes du magazine au travers de quelques cases où l'illusion est saisissante ; bien trop pour n'être que le fruit du hasard.
Et pourtant je n'étais pas au bout de mes surprises.

Ainsi, Roger Stern décidément très inspiré, s'autorise-t-il un plagiat par anticipation d'une totale effronterie mais avec un à-propos du meilleur aloi, d'un twist devenu depuis légendaire d'un des épisodes de La Guerre des Etoiles. Très bien vu ! (Mais pas si bien vue que ça en ce qui me concerne puisque je me suis emberlificoté dans les dates, et ce twist est d'abord apparu dans la saga Star Wars, bien avant donc cette aventure de Docteur Strange. Merci à l'ami Peio de m'avoir remis les idée en place).  
Tout comme l'est la caractérisation des personnages qu'il n'est pas nécessaire de connaitre pour qu'ils nous deviennent familiers sous la plume du scénariste. Un tour de force qui n'en était pas un à l'époque, et qui s'est pourtant singulièrement perdu de nos jours !

Les magnifiques couvertures de la série qui datent de 1985 sont fort heureusement reproduites, et on peut admirer le travail très accrocheur de Bret Blevins & d'Austin (décidément, et pour mon plus grand plaisir très présent).

.... Thomas Davier traduit très élégamment dans un français relativement soutenu cette saga, ce qui ajoute au ton épique de l'entreprise.
Cela dit même les meilleurs peuvent faire des choix malheureux.

Celui d'un « spot » par exemple, là où j'aurais vu plutôt un « écho » : « Il y a un spot à tribord » dit un marin en regardant son écran radar. Ou le choix induit par la langue américaine je pense, de garder un « futur » où un « à l'avenir » m'aurait semblé plus approprié : « Je devrais peut-être porter un déguisement dans le futur ».

Mais il est toujours plus facile de jouer à l'inspecteur des travaux finis comme je le fais que de mouiller la chemise en traduisant presque 130 pages. D'autant que j'ai bien aimé le ton général de cette traduction, et que ces quelques pétouilles ne sont finalement que des anecdotes en regard du travail accompli.

.... Bref un numéro indispensable (et je pèse mes mots) pour les amateurs de bonnes histoires, surtout à ce prix-là !

Reste néanmoins une très étrange assertion de Christian Grasse en fin de numéro où il attribue la paternité d'un personnage à un protagoniste ; alors que pour ma part j'ai lu tout autre chose dans cet arc.
Mais l'étrangeté n'est-elle pas consubstantielle au Docteur Strange ! [-_ô]


MARVEL CLASSIC n° 7 : DOCTEUR STRANGE trimestriel, 5,90 EUR, 128 pages 
Retrouvez les aventures du Dr Strange, et celles de Clea, contre ses plus puissants ennemis dont Dormammu et Umar, dans une saga complète des années 80 signée Roger Stern, Paul Smith, Bret Blevins & Terry Austin. Bob Sharen est aux couleurs ! 
Traduction de Thomas Davier et lettrage de L. Hingray & T. Semal.
(Contient les épisodes U.S. Doctor Strange (1974) 69-73 et Strange Tales 115, 5 inédits) 
Sortie le 18 octobre 2016 (Panini)


Commentaires

  1. Chose amusante, nous avons traduit et lettré le même bouquin pour Panini/Hachette. La trad est de Patrick Marcel et le lettrage de Cyril Bouquet, le tout sous la supervision de Stephan Boschat et de moi-même. L'ouvrage paraîtra dans la collection rouge de chez Hachette (le Meilleur des Super-héros). Il s'agira du n°26. Ce sera l'occasion de jouer au jeu des sept erreurs !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es sur tous les fronts (et j'en suis bien content) décidément, rien ne se fait plus en matière de traduction sans que tu sois à proximité. [-_ô]

      Bien content aussi de te lire l'aminche!

      Supprimer
  2. C'est intéressant. Si le sommaire de ce volume est également plus conséquent que celui du Marvel Classic, je patienterai jusqu'à la parution de cet ouvrage. Merci pour l'info.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voici le contenu du bouquin Hachette : Strange Tales (Vol. 1) 110 et Doctor Strange (Vol. 2) 68 à 74.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …