Accéder au contenu principal

Marvel Universe n° 13 + 14 (Panini)

Numéros sortis respectivement en octobre et décembre 2015
…. Les histoires à base de voyages temporels, de boucle(s) de la même eau et de paradoxes inhérents (ou de leur absence) sont toujours délicats à manipuler. Qu’est-ce qui peut arrêter une boucle temporelle ? Jusqu’où peut aller un voyageur pour modifier le cours du temps ? Ça se complique encore lorsqu’un des protagonistes se souvient des altérations, et pas les autres. Ou que l’équivalent de Dieu participe à l’intrigue. Et la répétition de ce motif - le voyage dans le temps - est presque un aveu. 
Celui d’être à court d’idées dans un univers qui ne peut pas évoluer mais qui doit le laisser croire. 

Ainsi, les voyages dans le temps permettent-ils de créer du changement, mais qui fatalement reviendront là où ils ont commencé à changer le statu quo, et ce retour annulera (souvent, pour ne pas dire toujours) ce qu’on vient de lire. 
Ceci dit, quand c’est bien fait, ça se laisse lire. 
Autant dire que les huit numéros qui constituent ce récit, écrit par Dan Abnett l’un des scénaristes phares du renouveau cosmique de la Maison des Idées, accumulent les chausse-trappes qui sont par ailleurs autant d’exhausteurs de diégèse. Donc très tentant.
Gerardo Sandoval
Mais le résultat n’est pas à la hauteur des enjeux, d’autant que la fin est plombée (pour ne pas dire sabotée) par l’arrivée de l’event intitulé : Secret Wars. Un « événement » dont je soupçonne qu’il a par ailleurs modifié les plans du scénariste. À qui,par la même occasion, je ne pourrais pas reprocher de revenir au statu quo dont je parlais précédemment.
Mais il aurait mieux valu.

Une ingérence éditoriale qui n’est pas la première dans l’Univers de la Maison des Idées. Marvel est une maison d’édition grosse d'un passé foisonnant et tutoyant le canonique pour mieux lui faire rendre gorge ; mais la façon de faire laisse entrevoir au bout d’un moment de sérieux défauts de fabrication.
 D’autant qu’Abnett semble oublier une partie de son intrigue en route (les Unités Corporels Starks et la Conscience-A. Liste non exhaustive) tout en augmentant de façon pléthorique un casting déjà conséquent (d’où mes soupçons), dont certains personnages qui, malgré leur omnipotence, jouent un rôle très secondaire dans l’intrigue, mais permettent de remplir des pages à bon compte.
Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à remplir les pages.
Nico Leon
Les dessins de Gerardo Sandoval, un artiste peu à mon goût j’en conviens, n’arrange rien. Trop caricatural pour moi, et dont le storytelling n'est pas le point fort. D’autant qu’il est remplacé sur les trois derniers numéros par Nico Leon, un dessinateur dont le style est aux antipodes de son prédécesseur. 

À l’incohérence du scénario s’ajoute donc une incohérence artistique, ce qui donne au final une histoire dont on peut dire qu’elle allie le fond et la forme. 

Dommage que ce soit du mauvais côté du spectre de mes attentes. 
 _____________ 
Traduction : Mathieu Auverdin (MAKMA) 
Lettrage : Astarte Design - Roma

Commentaires

  1. Dommage, on a l'impression que les scénaristes n'ont jamais trop su quoi faire de ces personnages pourtant potentiellement intéressants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ils devraient déjà arrêter de les balader de voyages temporels en voyages temporels, et exploiter des aventures aux XXXI° siècle.
      Un truc de S-F cosmique déconnecté de l'univers Marvel d'aujourd'hui, sans l'arrière-arrière-arrière petit-fils de Spider-Man, ou la présence d'un Fatalis 3000. [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…