Accéder au contenu principal

CHECKMATE (Greg Rucka & Jesus Saiz) Urban Comics

CHECKMATE tome 1 
__________________
L'organisation des Nations Unies rassemble humains & métahumains en une organisation ultra-secrète aux missions confidentielles : Checkmate ! 

Scénario : Greg Rucka + Judd Winick and Co
Dessin : Jesus Saiz and Co
Traduction : Thomas Davier 
Lettrage : Stephan Boschat (MAKMA)  
Contenu : Checkmate Vol.1: A King's Game (#1-7) + Vol.2: Pawn Breaks (#8-12) + Outsiders/Checkmate: Checkout (Outsiders #47-49, Checkmate #13-15) 

Prix : 28 €  

…. À la fin des années 1930, les Etats-Unis inventent, grâce à la ténacité de deux jeunes hommes ce qui deviendra l’un des quadrants du merveilleux contemporain (autrement dit la fantasy) les plus originaux et les plus cosmogoniques qui soit : les super-héros. 
Un véritable creuset syncrétique, capable d’associer avec Superman et consorts tout ce que l’imagination humaine est capable de produire. 
Ce qui culturellement parlant se comprend aisément, puisque le genre qui met en scène ces personnages plus grands que nature, repose sur un imaginaire qui trouve sa source dans les pulp magazines – dont certains ont produit des inventions à nulle autre pareilles : récits policiers hard-boiled (Black Mask), science-fiction (Amazing Stories) ou encore fantasy et fantastique (Weird Tales), etc

Sans oublier un terreau presque mythologique : la Frontière
Devenue en tout cas au pays de l'Oncle Sam, une projection imaginaire passée au prisme de la fascination. 

…. Et l’un des plus beaux représentants de cette esthétique de la fusion est sans aucun doute la série de Greg Rucka & Jesus Saiz intitulée Checkmate

…. Comme vous le savez, dans la fantasy genre auquel appartiennent les super-héros, la magie et les monstres sont une donnée de base qui n’est pas remise en question. Et Greg Rucka le sait aussi. 
Jouant du melting pot qu’offre la culture de masse et des melting plots accessibles aux rois de l’évasion suffisamment inventifs, le scénariste ne s’interdit aucun domaine de l’imagination, qu’il place cependant sous la juridiction des opérations spéciales et de la politique internationales, et politicienne.

Il n’oublie pas de construire des personnages crédibles qu’il innerve pour se faire, de toute la panoplie des sentiments que le genre humain met à sa disposition. 
Intrigues & sous-intrigues fomentent, et se disputent le leadership afin de captiver les lecteurs. Et il est en effet très difficile de ne pas lire d’une traite les 18 numéros parus mensuellement outre-Atlantique entre juin 2006 et août 2007 (15 dans la série Checkmate proprement dite, et 3 dans la série Outsiders). 

Jesus Saiz, parfois remplacé par Cliff Richards ou secondé par Fernando Blanco fait montre d’une mise en récit séquentiel d’une efficacité redoutable. Le rendu des expressions qu’il prête à ses personnages est absolument saisissant, ce qui ajoute une plus-value importante à la caractérisation des personnages, dont j’ai déjà dit tout le bien que je pensais. 
D'autant que l’avancement des intrigues passe surtout via des interactions plutôt que par l’exposition (Show! Don't tell! comme on dit aux U.S.A.) . 
Ne tombant jamais dans l’effet pour l’effet, Jesus Saiz ne néglige pas pour autant quelques prises de risque justement du meilleur ….. effet. 
Son talent ressort d’autant plus que plusieurs numéros – les 13, 14 et 15 – font l’objet d’un crossover avec la série Outsiders, scénarisée alors par Judd Winick (les numéros 47, 48 et 49) et cette rencontre inter-équipe est dessinée par Joe Bennett et Matthew Clark (principalement), et la comparaison est assez douloureuse en défaveur de ces derniers. 
Ces six numéros qui font donc partie d’un crossover intitulé Checkout, sont heureusement très bons sur le plan scénaristique (malgré une mise ne place un peu laborieux), parce que du côté du storytelling ce n’est pas ça du tout. 

Greg Rucka a parfois bénéficié de la collaboration d’autres scénaristes sur la série Checkmate, et il partage ici (crossover oblige) la responsabilité du scénario avec Winick, et les deux compères s’en sortent fort bien. Point important, ne pas avoir lu les numéros précédents d’Outsiders ne semble pas être un problème ; ça ne l’a pas été pour moi en tout cas.
.... En définitive, ce premier tome est une très grande réussite, que même un crossover - pas très bien dessiné - n’arrive pas à ternir. 
Mis en face de cette histoire, il faudrait être de marbre pour le rester. 

À noter que l’une des marottes de Greg Rucka (tout à fait à mon goût d’ailleurs) est joliment mise en valeur dans ce recueil. 
En effet, le scénariste est notamment connu pour mettre en avant dans ses histoires des personnages féminins qui ne font pas que de la figuration. Et cette série n’y déroge pas.


(À suivre ........)

Commentaires

  1. c'est ressorti récemment ? parce que tu donnes vraiment envie de l' acheter

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce moi-ci je crois.

      (Salut amigo, ça faisait longtemps,heureux de te relire)

      Supprimer
    2. Oups ! Je voulais écrire "ce moiS-ci".
      [-_ô]

      Supprimer
  2. désolé de ne pas signaler ma présence alors que je passe tout les jours ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…