Accéder au contenu principal

Du bruit sous le silence [Pascal Dessaint]

Le roman policier est, en partie, devenu depuis le début du XXe siècle l'occasion d’autopsier la société dans laquelle se déroule l'enquête qu'il se propose de raconter.
C'est parfois sa seule motivation. Au détriment du frisson de l'enquête judiciaire proprement dite.
            Si Pascal Dessaint prend quelques libertés avec la procédure, « Du bruit sous le silence » est cependant un Polar très bien ficelé dans lequel le crime n'est pas une simple excuse. 
Parfois très didactique, notamment sur le rugby, son roman n'est pourtant jamais ennuyeux.
D'autant que les explications sur ce « sport de voyou joué par des gentlemen » est nécessaire puisque c'est lui qui fait les frais de l'autopsie en question.
            Absent de la liste des Mythologies™ de Roland Barthes ce sport, dont on dit qu'il a été inventé par un certain William Webb Ellis en 1823, n'y aurait pourtant pas voler sa place.
Dans les pages de son roman Pascal Dessaint parle du rugby comme « d'un sport janséniste, fondé sur la démonstration d'une excellence ». Et surtout,il fait des joueurs des dieux qui sont « pour quelques instants, la clef qui ouvre la Nature, le geste pur qui sépare le Bien du Mal et dévoile la figure d'une Justice enfin intelligible ».  
Mais comme au royaume de Danemark, il y a quelque chose de pourri au Racing Club Toulousain©.
             Peut-être en partie autobiographie, Pascal Dessaint est né à Dunkerque est s'est ensuite installé à Toulouse, comme le commissaire principal Élie Verlande. « Du bruit sous le silence » est en tout cas très bien documenté. L'auteur a d'ailleurs avoué un travail d'enquête approfondi sur le milieu ; fréquentant les entraînements, les bars, en allant aux matchs. A priori très bien reçu lors de sa commercialisation, en 1999, au moment où le rugby connaissait quelques bouleversements quant au statut des joueurs, « Du bruit sous le silence  » s'il déconstruit la mythologie qui entoure ce sport le fait avec beaucoup de panache, et un sens du verbe que n'auraient sûrement pas renié des gens comme Daniel Herrero ou Roger Couderc.
            Un très chouette roman policier, qui me fait regretter que le sport ne soit pas plus souvent associé à ce (mauvais) genre.      

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er