Accéder au contenu principal

Les Protecteurs [Thomas Mullen / Sébastien Guillot]

On a reproché, après le 11-Septembre, aux différents services chargés de protéger les États-Unis d'Amérique, de ne pas avoir collaboré.
            Dans le roman de Thomas Mullen cette incommunicabilité persiste. En outre, la privatisation des missions régaliennes de l'État, ici essentiellement le renseignement et la lutte antiterroriste, amène de nouveaux joueurs sur l'échiquier. Dont certains n'hésitent pas à se prévaloir d'appartenir à des officines sinon prestigieuses, du moins gouvernementales.
Dans cette partie du Grand Jeu™ 2.0 où l'opacité et le brouillard règnent, et où personne ne joue franc-jeu, s'inviteront quelques candides comme autant de victimes collatérales d'enjeux qui dépassent tout le monde.  
[Avertissement aux lecteurs] : Ce roman tire tout son intérêt de la déception qu'il risque de susciter (dans un premier temps).    
            Une déception assez relative, somme toute, puisque « Les Protecteurs » n'est pas publié dans une collection à laquelle il aurait droit (?) s'il ne s'agissait pas d'une fausse piste. Laquelle est cependant tracée en toute bonne foi par l'un des personnages. Et par l'éditeur français si on en croit la couverture de l'édition J'ai Lu™.
Cela dit, même en étant dupe, et tout est fait pour qu'on le soit (du moins dans un premier temps donc) ce roman s'apparente dans tous les cas à un thriller d'espionnage. Lequel se singularise par un flou opérationnel assez déstabilisant. Si Thomas Mullen joue avec maestria de nos biais, « Les Protecteurs » pâtit néanmoins de ne mettre en scène que des personnages au mieux peu sympathiques. Encore que chaque lecteurs les considérera peut-être d'une manières différentes de la mienne. Mais pour ma part donc, l'intimité que nous permet ce récit avec les personnages principaux n'a pas vraiment fait naître une quelconque empathie. Pas plus pour ce qui leur arrive d’ailleurs. Et pourtant l'auteur ne les épargne pas. 
Reste de très bons moments, Mullen parvient parfois à tricoter des situations captivantes, et un twist que vous risquez - comme moi - d'anticiper (ce qui n'enlève rien au plaisir d'avoir été berné). Et ce moment d'incertitude, qui persiste après la dernière page tournée, vaut largement le temps passé à lire les presque 400 pages de ce roman. 
Ce qu'aurait peut-être dû faire un relecteur, essentiellement le début du chapitre 18, où un artefact technique se retrouve dans des mains où il ne peut pas être. Ce que n'importe quel lecteur rectifiera de lui-même, mais non sans s'être demandé - un bref instant - si finalement l'intrigue n'était pas encore plus complexe qu'elle ne l'est en réalité. 
            Au final, puisque Philip K. Dick n'a plus écrit depuis quelques années, je propose aux amateurs de sa prose de découvrir celle que Thomas Mullen met au service de ce roman. Un auteur qui, s'il ne parvient pas à faire de l'ombre au natif de Chicago (IL), offre un roman dont l'idée-force est de celles qu'on associe le plus volontiers à l'auteur d'Ubik et de Souvenirs à vendre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er