Accéder au contenu principal

L'Indice de la peur [Robert Harris / Natalie Zimmermann]

Compte à rebours aux allures d'une catastrophe annoncée, « L'Indice de la peur », titre homonyme du surnom d'un véritable indice - dit de volatilité - des marchés financiers, le roman de Robert Harris brouille astucieusement les pistes jusqu'à ce que l'évidence rende les choses inéluctables. 
            Récit sans concessions au (mauvais) genre qu’il revendique, les péripéties et les personnages honorent néanmoins un classique de la littérature dont on dit qu'il a vu le jour sur les rives du Lac Léman. Et avec qui il partage un patrimoine commun. 
C'est d'ailleurs essentiellement sur ses rives que se déroule « L'Indice de la peur », et plus précisément au cœur de Genève, une ville qui sans conteste incarne le plus universellement, au coude-à-coude avec Wall Street et la City, le monde des banques et de la finance. 
Robert Harris y plante donc un fait divers qui au fil des pages se révélera l'innocent village Potemkine™ d'une bien plus dangereuse menace. Une histoire inspirée d’événements qui se sont réellement déroulés en 2010. 
            La solidité de l'intrigue est soutenue par une brochette de personnages que le savoir-faire de l'auteur dote de suffisamment de charisme pour susciter notre intérêt. Si Alexander Hoffmann, ex-scientifique attaché au CERN, et actuel patron d'un fond d'investissement ; et son épouse, Gabrielle, une artiste dont la démarche artistique mime - symboliquement - celle plus prosaïque de son mari, s'accaparent les attentions de l'auteur, ce dernier n'oublie pas l'importance des rôles secondaire ; quand bien même n’occupent-ils que des strapontins. 
Pas plus qu'il n'oublie d'ailleurs celui de son antagoniste principal, dans la mesure où la qualité d’une histoire dépend souvent du méchant qu’elle met en scène. 
            « L'Indice de la peur » ne renouvelle certes pas formule du thriller en créant un nouveau paradigme, il n'en demeure cependant pas moins qu'il utilise l'algorithme à sa disposition avec le sang-froid d'un opérateur de marché et la science d'un vieux routier du (mauvais) genre. 
Reste donc un roman qui encourage l'impatience, et se révèle à la hauteur des espérances d'évasion que son titre promettait.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service