Accéder au contenu principal

Poison City [Tetsuya Tsutsui / David Le Quéré]

Travaillé par le sujet bien avant d'en être l'objet, Tetsuya Tetsui trouvera l'angle et le temps de s'y mettre avec les arguments qui constituent la partie émergée de son talent : l’intelligence et le panache.
Alors qu'il s'intéresse à la censure depuis déjà quelque temps, essentiellement celle qui a touché les bandes dessinées aux États-Unis d'Amérique au début des années 1950, Tetsuya Tsutsui apprend - en lisant des critiques sur l'Internet™ - que Manhole, l'une de ses propres histoires, a été frappée de censure dans la province de Nagasaki.
Mise en abyme
            Le système qui a valu à Manhole d'être classée « œuvre nocive pour les mineurs » au motif de : « incitation considérable à la violence et à la cruauté chez les jeunes », repose uniquement sur l'aspect visuel du manga incriminé.
Un système qu'explique très en détail l'auteur dans « Poison City », puisque ces deux tomes racontent la mésaventure d'un mangaka qui suscite l'attention de la commission d'experts chargée de désigner les livres « nocifs » dans un Japon pré-Jeux Olympiques. Où les manga font partie de l'arsenal du soft power® de l'archipel connu sous l’appellation de « cool japan™ ».
En sus, Tetsuya Tsutsui paye de sa personne en racontant une histoire dans l'histoire, qui si elle était décontextualisée, le principe même du système de censure appliqué dans la province de Nagasaki, risquerait de mettre également « Poison City» à l'index.     
Être mangaka au Japon
            Désingularisant son histoire, Tetsuya Tsutsui met donc en scène un jeune mangaka et son tantô à l'aube d'un manga intitulé Dark Walker (l'histoire dans l'histoire déjà évoquée). Et au travers de cette relation entre un auteur et son responsable éditorial, et des remous qu'occasionnera sa série de BD, c'est tout un pan du travail des mangaka que nous révélera Tesuya Tsutsui. Les relations avec l'éditeur du magazine qui accepte donc Dark Walker, celles avec un autre auteur plus chevronné, lui aussi frappé par la censure, la difficulté de joindre les deux bouts dans un monde très concurrentiel. Tout en offrant un panorama des rapports sociaux qui se jouent au Japon
Par le biais d'une offre venue des U.S.A. Tetsuya Tsutsui introduit longuement ce qui s'est passé au pays de l'Oncle Sam suite à la publication d'un livre, Seduction of the Innocent, de Fredric Wertham, afin de produire un effet d'anticipation sur ce qui risque d'arriver au Pays du Soleil-Levant
Là encore on peut supposer que l'auteur puise dans sa propre expérience, puisqu'il a été lui aussi remarqué sur l'Internet™ par l'éditeur français ki-oon™, avant qu'il ne publie dans les magazines japonais. 
En conclusion
            Tetsuya Tsutsui est un mangaka selon mon cœur.
Adepte des cycles courts, jusqu'à maintenant il n'a jamais dépassé trois tomes. Capable de reprendre les stéréotypes les plus éculés et de leur redonner une fraîcheur qui semblait les avoir définitivement abandonné. Tetsuya Tsutsui propose des histoires denses et captivantes.
Son entrée en matière pour « Poison City » est un modèle du genre. Quand bien même sommes-nous curieux de voir comment l'auteur traite le sujet principal de ces deux tomes, difficile de ne pas s'intéresser au destin de Tôru Kiritani et de Haruka Sakazaki, les deux personnages phares de Day Walker. Idem pour l'approche didactique de la censure aux États-Unis qui ne tombe pas comme un cheveux sur la soupe, grâce à l'angle qu'adopte Tetsuya Tsutsui pour s'y référer.
            Sujet extrêmement sérieux, d'autant que l'auteur lui-même en fait l'objet, la censure est ici abordée via les ressorts les plus immersifs de la fiction. 
« Poison City » s'apprécie autant si on connait ce qui l'a motivé, que si on n'en sait rien.
Reste au final un thriller d'anticipation social captivant, et un remarquable sujet d'interrogation personnel : jusqu'où la liberté d'expression peut-elle aller ?
Un sujet qui a pris une ampleur inattendue sept ans après la parution au Japon de « Poison City ». Et qui dépasse largement le cas de Tetsuya Tsutsui et la législation de Nagasaki.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er