Accéder au contenu principal

Bal tragique à la Concorde, Les derniers jours du paradis

Bal tragique à la Concorde 
Auteur : S.P.Q.R
Éditeur : Balland, 1985
_________

…. Ecrit sous pseudonyme (probablement pour capitaliser sur l’idée qu’il a été écrit par un haut fonctionnaire, voire un ministre), ce thriller de politique-fiction imagine la vacance de l’exécutif hexagonal dans des proportions jamais envisagées par la Constitution.
Pas désagréable, ce roman soufre pourtant d’avoir les yeux plus gros que le ventre, et de collectionner quelques erreurs qui, si elles n’entachent pas la lecture proprement dite, ramènent le lecteur (averti) à sa condition.
En outre, si à l’époque l’auteur (alias Jérôme Nobécourt) pouvait faire l’économie de nous présenter 90% de ses protagonistes, plus de 30 ans après, nombre d’entre eux ne sont plus sur le devant de la scène politique, et la trace qu’ils y ont laissée n’est peut-être plus aussi fraîche qu’elle l’était alors pour quiconque n’aurait pas vécu les années 1980.

En tout cas, il est cocasse de lire Bal tragique à la Concorde tout en ayant en tête certaines révélations (dont le grand public prendra connaissance au cour des années 1990) sur un ministre de la Défense d’alors, dont la place dans ce roman est la pierre angulaire de l’intrigue.


Les derniers jours du paradis 
Auteur : Robert Charles Wilson 
Éditeur : Denoël, 2014 
Traduction : Gilles Goulet 
_______ 

…. Uchronie subtile, Les derniers jours du paradis est un roman qui distille des molécules d’angoisse de fort belle manière et avec beaucoup de conviction. 
Fuite en avant ininterrompue (ou presque) d’une poignée d’américains qui en savent trop, mais pas suffisamment ; Robert Charles Wilson propose un roman tendu, paranoïaque et glocal. 

Divertissant, voire plus si affinités !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.