Accéder au contenu principal

Equoïde (Charles Stross & David Creuze)

Encore une journée double programme !

Après le deuxième tome de Je, François Villon l'adaptation BD très « behavioriste » par Luigi Critone du roman homonyme de Jean Teulé (Pour en savoir +) c'est à Equoïde de faire un tour de manège.

En voiture Simone, c'est toi qui conduit, c'est moi qui klaxonne !
_____
Couverture de Steve Montiglio pour l'édition de Subterranean Press
- Equoïde de Charles Stross (formats epub et pdf uniquement) traduit par David Creuze 

…. Fruit d’un financement de type participatif, la novella (ou roman court) Equoïde (prix Hugo 2014) appartient au cycle dit de la « Laverie », inventé par Charles Stross (Pour en savoir +). 
Deux romans ont paru dans l’Hexagone il y a quelques temps, tous les deux excellents : 

Le Bureau des atrocités où l'univers du roman d'espionnage de Len Deighton intitulé Ipcress, danger immédiat est assaisonné à la sauce fantastique & tentacules made in Providence (Pour en savoir +). 

Jennifer Morgue (Pour en savoir +) où cette fois-ci c’est Ian Fleming que l’on convoque, ou plutôt son alter ego
Un James Bond méta-textuel tout aussi teinté d’épouvante que le premier tome du cycle l’était. 

…. On ne change pas une équipe qui gagne, et le GPS d’Equoïde indique toujours Providence en tant que source d’approvisionnement d’une horreur indicible mais très réussie. 

On ne peut plus, après l’avoir lu, regarder My Little Pony de la même manière (ni laisser ses enfants s'en approcher). 

Certainement le récit le plus flippant du cycle (pour l’instant). 
D’autant que l’humour qui teintait les précédents récits de Stross - toujours traduits par David Creuze pour Hexoglyphe - qui font suite au deux romans déjà cités : Une guerre encore plus froide, Quelques heures sup’, et En ballade à l’asile, semble avoir pris la poudre d’escampette (enfin pas tout à fait, mais je me comprends). 

.... En définitive, cet univers de la « Laverie » - qui n'a pas trouvé preneur auprès des éditeurs français après les deux premiers romans - est une belle et franche réussite, et malgré les « emprunts » ; très original. 


(À suivre ...)
________ 

Exoglyphe proposera ensuite le roman The Fuller Memorandum toujours dans le cycle de la « Laverie », puis dans un tout autre genre, celui en l’occurrence de la fantasy : Le dernier anneau de Kiril Eskov, voilà ce qu'en disait la traductrice - en 2013 - Anne-Marie Tatsis-Botton, qui a été contactée par l'auteur lui-même : 
Il s'agit d'une recréation hardie, mais venant d'un disciple en admiration devant le Maître. En gros, il part de deux constatations: Tolkien étant un linguiste génial, son univers se tient parfaitement du point de vue langues et peuples. Mais Arda n'est pas cohérente du point de vue géologique - et on peut faire mieux. Deuxième point, l'histoire étant toujours racontée par les vainqueurs (donc les Elfes), il n'y a que leur version. Les Orques, Sauron, etc., ont été bassement calomniés. Eskov présente LEUR histoire (et c'est fort surprenant). 

Plutôt alléchant ! (et il reste encore des places pour participer à son financement) [-_ô]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…