Accéder au contenu principal

Equoïde (Charles Stross & David Creuze)

Encore une journée double programme !

Après le deuxième tome de Je, François Villon l'adaptation BD très « behavioriste » par Luigi Critone du roman homonyme de Jean Teulé (Pour en savoir +) c'est à Equoïde de faire un tour de manège.

En voiture Simone, c'est toi qui conduit, c'est moi qui klaxonne !
_____
Couverture de Steve Montiglio pour l'édition de Subterranean Press
- Equoïde de Charles Stross (formats epub et pdf uniquement) traduit par David Creuze 

…. Fruit d’un financement de type participatif, la novella (ou roman court) Equoïde (prix Hugo 2014) appartient au cycle dit de la « Laverie », inventé par Charles Stross (Pour en savoir +). 
Deux romans ont paru dans l’Hexagone il y a quelques temps, tous les deux excellents : 

Le Bureau des atrocités où l'univers du roman d'espionnage de Len Deighton intitulé Ipcress, danger immédiat est assaisonné à la sauce fantastique & tentacules made in Providence (Pour en savoir +). 

Jennifer Morgue (Pour en savoir +) où cette fois-ci c’est Ian Fleming que l’on convoque, ou plutôt son alter ego
Un James Bond méta-textuel tout aussi teinté d’épouvante que le premier tome du cycle l’était. 

…. On ne change pas une équipe qui gagne, et le GPS d’Equoïde indique toujours Providence en tant que source d’approvisionnement d’une horreur indicible mais très réussie. 

On ne peut plus, après l’avoir lu, regarder My Little Pony de la même manière (ni laisser ses enfants s'en approcher). 

Certainement le récit le plus flippant du cycle (pour l’instant). 
D’autant que l’humour qui teintait les précédents récits de Stross - toujours traduits par David Creuze pour Hexoglyphe - qui font suite au deux romans déjà cités : Une guerre encore plus froide, Quelques heures sup’, et En ballade à l’asile, semble avoir pris la poudre d’escampette (enfin pas tout à fait, mais je me comprends). 

.... En définitive, cet univers de la « Laverie » - qui n'a pas trouvé preneur auprès des éditeurs français après les deux premiers romans - est une belle et franche réussite, et malgré les « emprunts » ; très original. 


(À suivre ...)
________ 

Exoglyphe proposera ensuite le roman The Fuller Memorandum toujours dans le cycle de la « Laverie », puis dans un tout autre genre, celui en l’occurrence de la fantasy : Le dernier anneau de Kiril Eskov, voilà ce qu'en disait la traductrice - en 2013 - Anne-Marie Tatsis-Botton, qui a été contactée par l'auteur lui-même : 
Il s'agit d'une recréation hardie, mais venant d'un disciple en admiration devant le Maître. En gros, il part de deux constatations: Tolkien étant un linguiste génial, son univers se tient parfaitement du point de vue langues et peuples. Mais Arda n'est pas cohérente du point de vue géologique - et on peut faire mieux. Deuxième point, l'histoire étant toujours racontée par les vainqueurs (donc les Elfes), il n'y a que leur version. Les Orques, Sauron, etc., ont été bassement calomniés. Eskov présente LEUR histoire (et c'est fort surprenant). 

Plutôt alléchant ! (et il reste encore des places pour participer à son financement) [-_ô]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …