Accéder au contenu principal

Ultimate FF (Joshua Hale Fialkov, Mario Guevara, and Co.)

…. C’est par hasard que je suis tombé sur la série Ultimate FF (dans la revue Ultimate Univers Now publiée par Panini) traduite par Sophie Watine-Vievard, une série à suivre mais stoppée au numéro 6. 

Cet arrêt, outre que le scénariste attitré est tombé malade (remplacé par Stuart Moore sur le numéro 6) et qu’à l’époque les rumeurs allaient bon train sur une mise en stase des séries liées de près ou de loin aux Fantastic Four, dont Marvel n’avait pas la jouissance cinématographique, cet arrêt donc a aussi son origine dans nous dit Christian Grasse, « les mauvais résultats des ventes du premier numéro » qui ont incité la direction de Marvel à arrêter les frais après le premier arc. 

Six numéros que j’ai lus pour ma part avec beaucoup de plaisir, et pas mal d’étonnement.
Une Sue Storm très mâle alpha tendance Valerie Solanas
Sur un concept assez simple (pour ne pas dire simpliste) : une équipe de forts en thème au Q.I exceptionnel protège la Terre des menaces venant d’univers parallèles.
Sous la supervision de Phil Coulson, directeur de la Futur Fondation (FF) l’équipe est dirigée par Sue Storm et comprend : Iron Man, le Faucon et Machine Man (alias Danny Ketch).
 Là où la série devient vraiment intéressante, et ça ira en s’amplifiant, c’est grâce à sa touche très « ground level ».
On parle de « ground level » lorsqu’une série mainstream (autrement dit le courant dominant, ici aux U.S.A les super-héros), grand public, acquière une sensibilité qu’on trouve d’ordinaire dans les BD underground. 
Cet aspect est encore renforcé par le dessin peu académique de Mario Guevara puis d’André Araujo, et la palette de couleurs de Rachelle Rosenberg ; trois artistes qui ne sont pas étrangers à la réussite de ces 6 numéros. 
Le ton décalé des scénarios entérine une fois pour tout ce parti-pris. 

En effet, Joshua Hale Fialkov (The Bunker chez Glénat : Pour en savoir +) y va tout schuss et n’hésite pas à mettre ses personnages dans des situations très incongrues & complètement loufoques. 
Des dialogues inattendus, et en complet décalage avec ce qu’on pourrait attendre ajoutent une touche désopilante à l’ensemble qui n’en demandait pas tant (mais moi si). 

J’ai souvent bien rigolé en lisant les réparties des uns et des autres et je me suis tout aussi souvent retrouvé comme deux ronds de flan devant ce que je lisais.
L'idée de départ de Fialkov était de faire de la First Family, une famille recomposée où le Docteur Fatalis aurait occupé le rôle de beau-père sous les yeux de Red Richard
Il y a un peu de ça dans son court run, mais la voie empruntée est encore meilleure (et bien plus barrée). 
Le cliffhanger du cinquième numéro est d’ailleurs excellent, et sacrément « couillu » (si vous me passez l'expression) dans ce type de comic book (Pas la peine d’aller plus loin pour comprendre pourquoi cette série s’est arrêtée aussi prématurément).
Des personnages qui existent aussi au travers de ce qu'ils disent
…. Je ne crois pas me tromper beaucoup en disant qu’un Steve Gerber aurait pu écrire cette histoire, dont le recueil américain s'intitule : Plus étrange que jamais (un excellent titre). Bref, une petite pépite qui promettait encore de bons moments vu la tournure des événements, le ton employé, et le casting cinq étoiles qui s'y disputait les places ; et dont le goût d’inachevé et sa faible popularité en fait définitivement une série CULTE !
____________
Introuvable : non
Illisible : non
Inoubliable : oui (je vais d’ailleurs me pencher sur les autres séries de Joshua Hale Fialkov qu'il a écrites pour Marvel)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…