Accéder au contenu principal

Ultimate FF (Joshua Hale Fialkov, Mario Guevara, and Co.)

…. C’est par hasard que je suis tombé sur la série Ultimate FF (dans la revue Ultimate Univers Now publiée par Panini) traduite par Sophie Watine-Vievard, une série à suivre mais stoppée au numéro 6. 

Cet arrêt, outre que le scénariste attitré est tombé malade (remplacé par Stuart Moore sur le numéro 6) et qu’à l’époque les rumeurs allaient bon train sur une mise en stase des séries liées de près ou de loin aux Fantastic Four, dont Marvel n’avait pas la jouissance cinématographique, cet arrêt donc a aussi son origine dans nous dit Christian Grasse, « les mauvais résultats des ventes du premier numéro » qui ont incité la direction de Marvel à arrêter les frais après le premier arc. 

Six numéros que j’ai lus pour ma part avec beaucoup de plaisir, et pas mal d’étonnement.
Une Sue Storm très mâle alpha tendance Valerie Solanas
Sur un concept assez simple (pour ne pas dire simpliste) : une équipe de forts en thème au Q.I exceptionnel protège la Terre des menaces venant d’univers parallèles.
Sous la supervision de Phil Coulson, directeur de la Futur Fondation (FF) l’équipe est dirigée par Sue Storm et comprend : Iron Man, le Faucon et Machine Man (alias Danny Ketch).
 Là où la série devient vraiment intéressante, et ça ira en s’amplifiant, c’est grâce à sa touche très « ground level ».
On parle de « ground level » lorsqu’une série mainstream (autrement dit le courant dominant, ici aux U.S.A les super-héros), grand public, acquière une sensibilité qu’on trouve d’ordinaire dans les BD underground. 
Cet aspect est encore renforcé par le dessin peu académique de Mario Guevara puis d’André Araujo, et la palette de couleurs de Rachelle Rosenberg ; trois artistes qui ne sont pas étrangers à la réussite de ces 6 numéros. 
Le ton décalé des scénarios entérine une fois pour tout ce parti-pris. 

En effet, Joshua Hale Fialkov (The Bunker chez Glénat : Pour en savoir +) y va tout schuss et n’hésite pas à mettre ses personnages dans des situations très incongrues & complètement loufoques. 
Des dialogues inattendus, et en complet décalage avec ce qu’on pourrait attendre ajoutent une touche désopilante à l’ensemble qui n’en demandait pas tant (mais moi si). 

J’ai souvent bien rigolé en lisant les réparties des uns et des autres et je me suis tout aussi souvent retrouvé comme deux ronds de flan devant ce que je lisais.
L'idée de départ de Fialkov était de faire de la First Family, une famille recomposée où le Docteur Fatalis aurait occupé le rôle de beau-père sous les yeux de Red Richard
Il y a un peu de ça dans son court run, mais la voie empruntée est encore meilleure (et bien plus barrée). 
Le cliffhanger du cinquième numéro est d’ailleurs excellent, et sacrément « couillu » (si vous me passez l'expression) dans ce type de comic book (Pas la peine d’aller plus loin pour comprendre pourquoi cette série s’est arrêtée aussi prématurément).
Des personnages qui existent aussi au travers de ce qu'ils disent
…. Je ne crois pas me tromper beaucoup en disant qu’un Steve Gerber aurait pu écrire cette histoire, dont le recueil américain s'intitule : Plus étrange que jamais (un excellent titre). Bref, une petite pépite qui promettait encore de bons moments vu la tournure des événements, le ton employé, et le casting cinq étoiles qui s'y disputait les places ; et dont le goût d’inachevé et sa faible popularité en fait définitivement une série CULTE !
____________
Introuvable : non
Illisible : non
Inoubliable : oui (je vais d’ailleurs me pencher sur les autres séries de Joshua Hale Fialkov qu'il a écrites pour Marvel)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…