Accéder au contenu principal

Parages des voies mortes (William S. Burroughs)


Cure de désyntaxication 

…. Fantôme influent de la sphère occidentale de l’imaginaire commun, William S. Burroughs dont les ouvrages ne prétendent pourtant guère au cycle de l’action conditionné, y est partout présent. Ou presque : acteur chez Gus Van Sant (par exemple), leading role d’un biopic pour Cronenberg sous les traits de Peter Weller, en arrière-plan dans nombre de BD : Watchmen, The Exterminators (Simon Oliver + Tony Moore), L’Odeur des garçons affamés (Pour en savoir +), Black Hole (celui de Charles Burns), etc

Il est même au centre d’une campagne de publicité de l'équipementier NIKE (un rôle à contre-emploi, pour le moins) ; tout en collectionnant à partir de 1967, les occurrences étranges du chiffre « 23 », avec un pied dans l’industrie musicale. 

La carte n’est pas le territoire 

…. Bande dessinée encore, puisque j’en suis venu à lire PARAGES DES VOIES MORTES après avoir découvert quelques numéros de la maxi-série de Jamie Delano OUTLAW NATION, en même temps que j’apprenais que le scénariste britannique s’était servi dudit roman de Burroughs - et de l’autobiographie de Jack Black (YEGG, autoportrait d’un honorable hors-la-loi) que je suis en train de lire – comme adjuvant à sa propre imagination. 
Machine de Burroughs
Vouloir résumer ce roman, c’est comme demander comment marche une montre ; mieux vaut regarder l’heure. 

Mais voilà ce que je peux en dire : on y suit une partie de la vie de Kim Carson, une sorte de pistolero homo, lequel croise des Vénusiens (de loin) tout en s’adonnant au sexe & à la drogue sans modération, et on ne s’y ennuie pas plus que Kim en le lisant. 

« Malheureusement je ne lis pas beaucoup, et lorsque je lis, j’ai tendance à lire de la science-fiction. » William S. Burroughs in LE JOB (entretiens avec Daniel Odier) 

Beaucoup plus accessible que les trois épîtres de sa célèbre trilogie : LA MACHINE MOLLE, le TICKET QUI EXPLOSA & NOVA EXPRESS, l’auteur y utilise une S-F cool, et invente des situations et des contextes nouveaux qui illustrent obliquement ses thèmes. 
Par exemple, au lieu qu’on fasse du temps une sorte de super toboggan de fête foraine, l’utiliser pour ce qu’il est — l’une des perspectives de la personnalité —, ou que le langage obéisse aux même lois de reproduction que les virus. 
Kim y représente exactement tout ce qu'un petit Américain moyen a appris à exécrer. 
Il est vicieux, malsain et sournois. On aurait peut-être pu lui pardonner ses vices. Mais il s'adonne, en outre, à la pratique subversive de la réflexion. 

…. En conclusion PARAGES DES VOIES MORTES, traduit par Sylvie Durastanti, est un exotique moment de détente, qui se lit d’une traite et dont je me demande ce que je vais en retrouver dans le propre projet de Delano pour le label Vertigo

(À suivre ….)

••••
••

Meilleurs vœux, et rendez-vous l'année prochaine !


Commentaires

  1. Je garde un assez bon souvenir de Outlaw Nation de Jamie Delano.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si en plus tu en penses du bien ; je lirais d'ailleurs ce que tu en as dit (après m'être fait ma propre idée).
      Chez Bruce Lit ?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…