Accéder au contenu principal

VENOM : SPACE KNIGHT, agent du cosmos


MARVEL UNIVERSE n° 6 (Panini)
VENOM SPACE KNIGHT : Agent du cosmos 1/2
Découvrez une nouvelle série cosmique, consacrée à Venom, dans son plus récent rôle : « agent du cosmos » !
.... J’avais dans l’idée que le dessinateur Ariel Olivetti, dont le style artistique, pour le moins atypique : une sorte de rencontre improbable entre Richard Hamilton (dans sa période « pop art ») et Richard Corben (période Den), torturés par un logiciel de retouches photo, serait parfait pour une série cosmique dont le héros est un ancien combattant, ex-barbouze, cul-de-jatte, et porteur d’un symbiote extraterrestre (anciennement belliqueux). 

Et en effet, l’artiste argentin donne à la série Venom : Chevalier de l’espace une touche assez étrange, bien loin des canons de la BD américaine mainstream, qui pourtant compte pas mal de dessinateurs aux styles différents, voire novateurs ou encore iconoclastes (un comble pour des dessinateurs). 

Ses planches, qui oscillent entre le très exotique et le grotesque sous stéroïdes, et ses couleurs aux textures très travaillée mais aussi très contrastées qui donnent l’impression de regarder des cases composées de collages et de peintures - tantôt réalisées à l’aérographe ou à la brosse - mais dans tous les cas sans soucis d’harmonie générale, me procurent un sentiment entre fascination et aversion. 
La belle surprise de cette histoire c’est la mise en scène plusieurs races différentes d’extraterrestres, plus bizarres les unes que les autres, mais toujours originales. 
Seulement, l’artiste argentin est aussi un adepte d’une mise en récit qui n’utilise que peu de cases par planche, et je ne sais pas si Robbie Thompson a été influencé par son storytelling, ou si son scénario était comme ça dès le départ, mais les 6 numéros mensuels - compilés dans ce sixième numéro de la revue Marvel Universe (Panini) - prennent leur temps pour accoucher d’un résultat assez rapidement prévisible. 

Du reste, si on peut se demander pourquoi inventer encore une nouvelle catégorie de protecteurs (les « agents du cosmos), j’ai surtout été désappointé par le peu de cas qu’on en faisait. 
C’est bien simple, Robbie Thompson n’engage aucun enjeu dramatique, pas de sous-intrigue, autour de cette idée ; et ne creuse pas non plus le background de ces « agents du cosmos », sorte de police intersidérale pas née de la dernière pluie d'astéroïdes. 
Et ce n’est pas comme si son scénario marchait à la structure modulaire sous amphétamines non plus ; bref il avait largement la place d’appâter le lecteur. 

D’ailleurs sans être désagréable, l’histoire se déroule de façon très (trop) linéaire, et les quelques moments de suspense seront (je pense) toujours anticipés par n’importe quel lecteur âgé de plus de 10 ans. 

Ces six numéros n’arrivent en définitive qu’à la formation d’une énième équipe de policiers cosmiques, et si elle est composée de personnages originaux (à ma connaissance), tout ça est quand même très laborieux. 
Un équipage qui d'ailleurs pas n'est pas sans rappeler celui d'un célèbre Faucon Millénaire
De là, à spéculer sur la nature de ces « agents du cosmos », et sur qui est susceptible de basculer du « côté obscur de la Force » il n'y a qu'un portail d'hyperespace à franchir.
J’espère que la suite sera d’un tonneau plus corsé, avec des personnages à la psychologie plus travaillée, et aux réactions moins stéréotypées que ce que j’ai pu lire dans ce numéro. 
Ce que laissent présager les timides tentatives du scénariste. 

…. Produit manufacturé, calibré comme un voyage en train, Agent du cosmos, le premier arc de la série Venom : Chevalier de l’espace, est d’un rapport qualité/prix correct, qui peut se lire sans d’obligation d’achat ultérieure, mais avec néanmoins quelques idées et des personnages susceptibles de développements divertissants, s’ils rencontrent un scénariste motivé & enthousiaste. 

Verdict : Doit encore faire ses preuves !
___________
•••
Par Robbie Thompson & Ariel Olivetti.
Traduction de Mathieu Auverdin (MAKMA), lettrage d'Astarte Design - Roma.
Bimestriel, 5,70 EUR, 128 pages (Contient les épisodes U.S : Venom Space knight 1 à 6/2016)
Sortie le 13/12/2016

Commentaires

  1. Ces vignettes me font penser aux dessins animés des années 80 avec une différence de texture radicale entre les personnages (éléments animés) et les décors. Quant au concept, effectivement, il n'est pas très novateur. reste à savoir ce qu'on en fait.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un