Accéder au contenu principal

All-New Invaders (J. Robinson/S. Pugh) : Dieux et soldats

Dieux et soldats a paru dans la revue Avengers Universe n°18,19 et 21 (Panini)
« En fait, quel est le travail de l’écrivain, sinon choisir, raccourcir, réorganiser des matériaux qui sont à sa disposition. » 
William S. Burroughs

Entre l’élan et le néant 

.... Les Envahisseurs (alias The Invaders) est une équipe inventée en 1969 à partir d’un matériau de base antérieur – la All-Winners Squad parue au milieu des années 1940 (Pour en savoir +) – par Roy Thomas, l’alchimiste-en-chef de la Marvel des seventies
Dans une logique alchimique identique, transformer des personnages de l’Âge d’or en personnage de l’Âge d’argent, il a inventé, l’année précédente, la Vision à partir d’Aarkus.
Toute ressemblance avec le Martian Manhunter n'est pas fortuite
Mais là où la Vision s’insérait dans l’époque contemporaine de son invention – en intégrant l’équipe des Vengeurs – les Envahisseurs sont l’occasion pour Thomas de réécrire l’Histoire (avec une grande hache), en les installant au cœur de la Seconde guerre mondiale, conflit dans lequel ils prendront une part très active. 

…. Volontaire d’office ou pas James Robinson applique un plan dialectique bien connu des amateurs d’encapés : une menace d’envergure nécessite la constitution d’un groupe d’individus pour y faire face, d’abord en difficulté ils surmontent l’épreuve et deviennent une équipe pérenne, en route vers de nouvelles aventures. 

Autrement dit, (introduction), thèse, antithèse et synthèse.
Où quand une image en dit plus long qu'un long discours
Norman Rockwell : The Runaway (Le Fugueur) case hommage de Steve Pugh
La difficulté réside bien évidemment dans la manière d’inviter l’imagination dans un carcan aussi strict et surtout vu et revu, pour déboucher sur une histoire captivante, même pour un lecteur chevronné. 

Pour ce faire, le scénariste introduit un MacGuffin et une équipe qu’il lance à sa poursuite, les « Tout-Nouveaux Envahisseurs », quasi identique à celle des années 1970 ; et choisit un théâtre d’opération et des « obstacles » à la mesure d’une équipe certifiée Y2K
Ainsi que des guest-stars de gros calibres. Dont l’un, semble trouver son origine dans un personnage inventé par rien de moins que Nathaniel Hawthorne : le Grey Champion.

…. Sans être une mauvaise histoire, l'arc de 5 numéros intitulé Dieux et soldats tient plus de la course de grand fond que du demi-fond, un choix qui en vaut un autre, mais le scénario tarde à trouver son « second souffle » ; et finalement ne tient pas vraiment la distance. 
En effet il m’a fallut attendre l’épilogue – qui promet monts & merveilles - pour sortir de la douce apathie dans laquelle le scénariste avait réussi à me plonger (contre son gré, j’en suis sûr). 

Il sera beaucoup plus performant quelques années plus tard avec L’Escadron Suprême dans des conditions voisines (Pour en savoir +). 
Et pourtant le dessinateur Steve Pugh ne ménage pas sa peine, même s'il n'est pas assez constant. En effet certaines planches semblent plus approximatives que d'autres. Cela dit, rien d'alarmant non plus.
Or donc, sur un scénario made in Rekall (Cf. Philip K. Dick) James Robinson pose les bases de son équipe, de manière un peu trop laborieuse à mon goût, mais il donne - de justesse - l'impression d'en avoir garder sous la semelle. 

_______________
Note : Admis au second tour après rattrapage. Peut beaucoup mieux faire surtout avec ses antécédents. À suivre !

Commentaires

  1. ça m'a toujours paru étrange ces histoires de super-héros pendant la 2de guerre mondiale, mais thématiquement justifié : ça correspond à l'âge d'or du comic book.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, et dans le cas de Roy Thomas on sait aussi qu'il a aimé actualiser ce qui y avait déjà été fait. Les Envahisseurs ont été son "Grand oeuvre" en la matière si je puis dire : des personnage du Golden Age qui y évoluaient, publiés durant l'Âge d'argent !
      La quadrature du cercle en somme.

      [-_ô]

      Supprimer
    2. Où avais-je la tête, lire "Âge de bronze" en lieu & place d'Âge d'argent.

      [-_ô]

      Supprimer
  2. Y2K semble un peu exagéré car il s'agit d'épisodes parus en 2014, soit juste 2 ans avant ceux de L'escadron Suprême. Cela ne m'empêche pas de partager ton avis général sur cette série, au déroulé trop succinct avec une date limite imposée par le crossover du moment. Comme toi, j'ai eu l'impression que James Robinson avait besoin de ces épisodes (et de ceux des FF) pour revenir au rythme de production mensuel des comics, et revenir en meilleure forme pour la série Scarlet Witch et Squadron Supreme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Y2K, autrement dit l'an 2000 ou vingt-et-unième siècle, ici en opposition à l'équipe de années 1970.

      À ce propos, meilleurs vœux !

      Supprimer
    2. Merci. Bonne année 2017 à toi aussi : une bonne santé, la réussite de tes projets et bien sûr de bonnes lectures.

      Pour Yk2, au temps pour moi, j'avais pris comme référence 2016, au lieu de prendre les années 1970.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…