Accéder au contenu principal

All-New Invaders (J. Robinson/S. Pugh) : Dieux et soldats

Dieux et soldats a paru dans la revue Avengers Universe n°18,19 et 21 (Panini)
« En fait, quel est le travail de l’écrivain, sinon choisir, raccourcir, réorganiser des matériaux qui sont à sa disposition. » 
William S. Burroughs

Entre l’élan et le néant 

.... Les Envahisseurs (alias The Invaders) est une équipe inventée en 1969 à partir d’un matériau de base antérieur – la All-Winners Squad parue au milieu des années 1940 (Pour en savoir +) – par Roy Thomas, l’alchimiste-en-chef de la Marvel des seventies
Dans une logique alchimique identique, transformer des personnages de l’Âge d’or en personnage de l’Âge d’argent, il a inventé, l’année précédente, la Vision à partir d’Aarkus.
Toute ressemblance avec le Martian Manhunter n'est pas fortuite
Mais là où la Vision s’insérait dans l’époque contemporaine de son invention – en intégrant l’équipe des Vengeurs – les Envahisseurs sont l’occasion pour Thomas de réécrire l’Histoire (avec une grande hache), en les installant au cœur de la Seconde guerre mondiale, conflit dans lequel ils prendront une part très active. 

…. Volontaire d’office ou pas James Robinson applique un plan dialectique bien connu des amateurs d’encapés : une menace d’envergure nécessite la constitution d’un groupe d’individus pour y faire face, d’abord en difficulté ils surmontent l’épreuve et deviennent une équipe pérenne, en route vers de nouvelles aventures. 

Autrement dit, (introduction), thèse, antithèse et synthèse.
Où quand une image en dit plus long qu'un long discours
Norman Rockwell : The Runaway (Le Fugueur) case hommage de Steve Pugh
La difficulté réside bien évidemment dans la manière d’inviter l’imagination dans un carcan aussi strict et surtout vu et revu, pour déboucher sur une histoire captivante, même pour un lecteur chevronné. 

Pour ce faire, le scénariste introduit un MacGuffin et une équipe qu’il lance à sa poursuite, les « Tout-Nouveaux Envahisseurs », quasi identique à celle des années 1970 ; et choisit un théâtre d’opération et des « obstacles » à la mesure d’une équipe certifiée Y2K
Ainsi que des guest-stars de gros calibres. Dont l’un, semble trouver son origine dans un personnage inventé par rien de moins que Nathaniel Hawthorne : le Grey Champion.

…. Sans être une mauvaise histoire, l'arc de 5 numéros intitulé Dieux et soldats tient plus de la course de grand fond que du demi-fond, un choix qui en vaut un autre, mais le scénario tarde à trouver son « second souffle » ; et finalement ne tient pas vraiment la distance. 
En effet il m’a fallut attendre l’épilogue – qui promet monts & merveilles - pour sortir de la douce apathie dans laquelle le scénariste avait réussi à me plonger (contre son gré, j’en suis sûr). 

Il sera beaucoup plus performant quelques années plus tard avec L’Escadron Suprême dans des conditions voisines (Pour en savoir +). 
Et pourtant le dessinateur Steve Pugh ne ménage pas sa peine, même s'il n'est pas assez constant. En effet certaines planches semblent plus approximatives que d'autres. Cela dit, rien d'alarmant non plus.
Or donc, sur un scénario made in Rekall (Cf. Philip K. Dick) James Robinson pose les bases de son équipe, de manière un peu trop laborieuse à mon goût, mais il donne - de justesse - l'impression d'en avoir garder sous la semelle. 

_______________
Note : Admis au second tour après rattrapage. Peut beaucoup mieux faire surtout avec ses antécédents. À suivre !

Commentaires

  1. ça m'a toujours paru étrange ces histoires de super-héros pendant la 2de guerre mondiale, mais thématiquement justifié : ça correspond à l'âge d'or du comic book.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, et dans le cas de Roy Thomas on sait aussi qu'il a aimé actualiser ce qui y avait déjà été fait. Les Envahisseurs ont été son "Grand oeuvre" en la matière si je puis dire : des personnage du Golden Age qui y évoluaient, publiés durant l'Âge d'argent !
      La quadrature du cercle en somme.

      [-_ô]

      Supprimer
    2. Où avais-je la tête, lire "Âge de bronze" en lieu & place d'Âge d'argent.

      [-_ô]

      Supprimer
  2. Y2K semble un peu exagéré car il s'agit d'épisodes parus en 2014, soit juste 2 ans avant ceux de L'escadron Suprême. Cela ne m'empêche pas de partager ton avis général sur cette série, au déroulé trop succinct avec une date limite imposée par le crossover du moment. Comme toi, j'ai eu l'impression que James Robinson avait besoin de ces épisodes (et de ceux des FF) pour revenir au rythme de production mensuel des comics, et revenir en meilleure forme pour la série Scarlet Witch et Squadron Supreme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Y2K, autrement dit l'an 2000 ou vingt-et-unième siècle, ici en opposition à l'équipe de années 1970.

      À ce propos, meilleurs vœux !

      Supprimer
    2. Merci. Bonne année 2017 à toi aussi : une bonne santé, la réussite de tes projets et bien sûr de bonnes lectures.

      Pour Yk2, au temps pour moi, j'avais pris comme référence 2016, au lieu de prendre les années 1970.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…