Accéder au contenu principal

Incorporated (Saison 01-E01 & 02)


En 2074, les bouleversements climatiques ont changé la donne et les multinationales, qui ont pris le contrôle, se font la guerre pour se partager le marché et les ressources naturelles. Ceux qui travaillent pour elles jouissent du confort dans des zones vertes protégées. Les autres sont livrés à eux-mêmes dans les zones rouges. Un jeune homme déterminé s'introduit sous une fausse identité dans l'une de ces grandes corporations pour déjouer le « Système » et ……….

…. Thriller d’anticipation, produit par Ben Affleck & Matt Damon (entre autres), la série télévisée Incorporated construite sur un canevas convenu mais qui a fait ses preuves (riches/pauvres, zaibatsu, sociétés militaires privées, etc.), décrit un futur dystopique déjà en marche et apte à mouliner de la diégèse. Écrite par les frères Pastor (mais sans Thierry) dont j’ai vu le plutôt bon Renaissance (2015), à la thématique (et à l’esthétique) voisine de ce qu’ils font ici, la série mêle divertissement agréable & réflexion politique. 

Plongé in medias res, le spectateur découvre au fur et à mesure de quoi il retourne, et comble les blancs grâce à une narration mélangeant un taux de tension élevée et une lisibilité à tout épreuve. 
Ponctuée de flashback, et emmené à la poursuite d’un McGuffin qui n'étonnera personne, Incorporated (2 épisodes au compteur au moment où j’écris ces lignes) applique à la lettre la théorie dite « Dans le trou » de Kurt Vonnegut : « Le héros à des problèmes, le héros résout ses problèmes ».
John Milius & Rorion Gracie n'envisageait pas qu'ils inventaient à l'époque un spectacle fait pour durer (Pour en savoir +)
…. En résumé, un excellent début + une distribution - dont l’excellent Damon Herriman (vu dans Justified ou encore Quarry : Pour en savoir +) – plutôt convaincante = doit poursuivre ses efforts, en très bonne voie !


(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…