Accéder au contenu principal

Incorporated (Saison 01-E01 & 02)


En 2074, les bouleversements climatiques ont changé la donne et les multinationales, qui ont pris le contrôle, se font la guerre pour se partager le marché et les ressources naturelles. Ceux qui travaillent pour elles jouissent du confort dans des zones vertes protégées. Les autres sont livrés à eux-mêmes dans les zones rouges. Un jeune homme déterminé s'introduit sous une fausse identité dans l'une de ces grandes corporations pour déjouer le « Système » et ……….

…. Thriller d’anticipation, produit par Ben Affleck & Matt Damon (entre autres), la série télévisée Incorporated construite sur un canevas convenu mais qui a fait ses preuves (riches/pauvres, zaibatsu, sociétés militaires privées, etc.), décrit un futur dystopique déjà en marche et apte à mouliner de la diégèse. Écrite par les frères Pastor (mais sans Thierry) dont j’ai vu le plutôt bon Renaissance (2015), à la thématique (et à l’esthétique) voisine de ce qu’ils font ici, la série mêle divertissement agréable & réflexion politique. 

Plongé in medias res, le spectateur découvre au fur et à mesure de quoi il retourne, et comble les blancs grâce à une narration mélangeant un taux de tension élevée et une lisibilité à tout épreuve. 
Ponctuée de flashback, et emmené à la poursuite d’un McGuffin qui n'étonnera personne, Incorporated (2 épisodes au compteur au moment où j’écris ces lignes) applique à la lettre la théorie dite « Dans le trou » de Kurt Vonnegut : « Le héros à des problèmes, le héros résout ses problèmes ».
John Milius & Rorion Gracie n'envisageait pas qu'ils inventaient à l'époque un spectacle fait pour durer (Pour en savoir +)
…. En résumé, un excellent début + une distribution - dont l’excellent Damon Herriman (vu dans Justified ou encore Quarry : Pour en savoir +) – plutôt convaincante = doit poursuivre ses efforts, en très bonne voie !


(À suivre .....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…