Accéder au contenu principal

Chance S01-E05 (Kem Nunn/Hugh Laurie)


Electric Pow Wow Drum* par A Tribe Called Red (Pour en savoir +)
« Les gens parlent de self-défense. La self-défense est une connerie. Si je me défends, je perds. Je veux que l'autre gars se défende alors que j’attaque. Ça ne fait aucune différence combien d'individus j’affronte. Je veux qu'il se défendent tous parce que cela signifie que je dicte l'action.
Je suis le « pourvoyeur » (feeder). Tant que je suis le pourvoyeur, je gagne. Je me fiche qu'ils soient une douzaine. En ce moment, ce flic est le pourvoyeur. Vous êtes le « receveur ». Vous devez inverser la situation. »
…. Si la série Chance s’appuie sur une valeur sûre, Hugh Laurie (alias Eldon Chance), un rôle très éloigné de celui du docteur House malgré une proximité apparente (ils sont médecins tous les deux), elle révèle un second rôle qui est bien près de lui piquer la place principale. 
En effet, « D », une sorte de survivaliste urbain au passé militaire avéré, prodigieusement interprété par Ethan Suplee, occupe avec beaucoup de présence toutes les scènes que le scénario lui octroie. Le mystère qui l'entoure, et son étrange personnalité accentue encore l'intérêt qu'il suscite. 

Ce duo, que tout oppose, est La réussite de la série. 

Son autre point fort est de laisser au spectateur la possibilité d’interpréter ce dans quoi est tombé Chance, et d’en jouer. 
Jouant également la carte du feuilleton, chaque épisode se termine sur une situation toujours plus ou moins dangereuse pour les personnages que l’histoire s’est arrangée pour rendre sympathiques, ou avec qui on peut le plus partager une certaine empathie. 

…. Après cinq épisodes, Chance est bien partie pour être un chouette thriller, dont le méchant est - cerise sur le gâteau - particulièrement réussi.
__________
* "Electric Pow Wow Drum" n'apparaît pas ici par hasard, ce morceau sert de mise en condition à D avant qu'il ne passe à l'action. Sacré D

Commentaires

  1. Ton article m'a rappelé l'existence de cette série (annoncée il y a plusieurs mois). Et, donc, j'ai commencé à la regarder : le premier épisode est très prometteur; superbement réalisé par Larry Abrahamson (à qui on doit le film "Room", déjà très bon - Oscar à la clé pour son actrice Brie Larson).
    Je suis par ailleurs un grand fan de Hugh Laurie depuis "Dr. House". J'avais adoré sa prestation dans "The Night Manager", et une nouvelle fois, il prouve ses qualités de comédien, dans un registre différent. Gretchen Mol, qui joue Jaclyn, cette troublante patiente battue, est aussi remarquable et très belle.
    Je conseille ça vivement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mieux en ce qui concerne Hugh Laurie, "Dr House" et "The Night Manager" sont 2 excellentes : série et mini-série.
      Et "Chance" semble aussi aller dans ce sens.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …