Accéder au contenu principal

Chance S01-E05 (Kem Nunn/Hugh Laurie)


Electric Pow Wow Drum* par A Tribe Called Red (Pour en savoir +)
« Les gens parlent de self-défense. La self-défense est une connerie. Si je me défends, je perds. Je veux que l'autre gars se défende alors que j’attaque. Ça ne fait aucune différence combien d'individus j’affronte. Je veux qu'il se défendent tous parce que cela signifie que je dicte l'action.
Je suis le « pourvoyeur » (feeder). Tant que je suis le pourvoyeur, je gagne. Je me fiche qu'ils soient une douzaine. En ce moment, ce flic est le pourvoyeur. Vous êtes le « receveur ». Vous devez inverser la situation. »
…. Si la série Chance s’appuie sur une valeur sûre, Hugh Laurie (alias Eldon Chance), un rôle très éloigné de celui du docteur House malgré une proximité apparente (ils sont médecins tous les deux), elle révèle un second rôle qui est bien près de lui piquer la place principale. 
En effet, « D », une sorte de survivaliste urbain au passé militaire avéré, prodigieusement interprété par Ethan Suplee, occupe avec beaucoup de présence toutes les scènes que le scénario lui octroie. Le mystère qui l'entoure, et son étrange personnalité accentue encore l'intérêt qu'il suscite. 

Ce duo, que tout oppose, est La réussite de la série. 

Son autre point fort est de laisser au spectateur la possibilité d’interpréter ce dans quoi est tombé Chance, et d’en jouer. 
Jouant également la carte du feuilleton, chaque épisode se termine sur une situation toujours plus ou moins dangereuse pour les personnages que l’histoire s’est arrangée pour rendre sympathiques, ou avec qui on peut le plus partager une certaine empathie. 

…. Après cinq épisodes, Chance est bien partie pour être un chouette thriller, dont le méchant est - cerise sur le gâteau - particulièrement réussi.
__________
* "Electric Pow Wow Drum" n'apparaît pas ici par hasard, ce morceau sert de mise en condition à D avant qu'il ne passe à l'action. Sacré D

Commentaires

  1. Ton article m'a rappelé l'existence de cette série (annoncée il y a plusieurs mois). Et, donc, j'ai commencé à la regarder : le premier épisode est très prometteur; superbement réalisé par Larry Abrahamson (à qui on doit le film "Room", déjà très bon - Oscar à la clé pour son actrice Brie Larson).
    Je suis par ailleurs un grand fan de Hugh Laurie depuis "Dr. House". J'avais adoré sa prestation dans "The Night Manager", et une nouvelle fois, il prouve ses qualités de comédien, dans un registre différent. Gretchen Mol, qui joue Jaclyn, cette troublante patiente battue, est aussi remarquable et très belle.
    Je conseille ça vivement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas mieux en ce qui concerne Hugh Laurie, "Dr House" et "The Night Manager" sont 2 excellentes : série et mini-série.
      Et "Chance" semble aussi aller dans ce sens.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Survivors' Club [L. Beukes / D. Halvorsen / R. Kelly] Vertigo

Pensée a priori sur le long terme (ongoing serie) Survivors' Club ne connaitra en définitive que 9 numéros. Écrite par Lauren Beukes et Dale Halvorsen, sur une idée de départ de ce dernier, cette série, estampillée Vertigo, peut se résumer à : « Que sont devenus les protagonistes survivants des films d'horreur des années 1980 ? ».
C'est en regardant l'un des films de la série Chucky que Dale Halvorsen a commencé à réfléchir à ce qui deviendra finalement Survivors' Club. Rien d'étonnant à ce qu'un des personnages fasse justement penser à la célèbre marionnette.
En fait, chacun des personnages du Survivors' Club est une transposition d'un archétype de film d'horreur. Réunis sur un thème tout aussi connoté, la série prend tout son ampleur à partir du quatrième numéro, et s'émancipe, pour le meilleur, de son pitch liminaire. Lequel n'était pas honteux non plus.
Non pas en le reniant, mais en y apportant ce qui est à mes yeux la touche d'or…

The Authority [Robbie Morrison / Frazer Irving / Dwayne Turner]

Après la fin de la série précédente qui n'en finissait plus d'arriver, les attentats du 11-Septembre et le faux départ d'un relaunch annoncé, par Brian Azzarello & Steve Dillon. Dans lequel, selon des rumeurs persistantes de l'époque, le clone de Jésus Christ aurait rejoint les rangs de l'équipe ; The Authority redémarre -enfin- sous la direction d'un scénariste inattendu : Robbie Morrison.
Recruté par Scott Dunbier, alors executive editor de WildStorm (un autre nom pour editor-in-chief), qui connaissait son travail pour l'hebdomadaire 2000 AD et le mensuel Judge Dredd Megazine, Robbie Morrison devient donc le nouveau scénariste de The Authority. Après Warren Ellis, Mark Millar et l'interim de Tom Peyer.
Nous sommes alors en 2003.

Si vous connaissez également son travail (Nikolai Dante, Shimura, La Mort blanche ou encore Bendatti Vendetta, pour n'en citer que quelques uns), vous savez donc que Robbie Morrison n'est pas du genre à réinventer la…

Porté disparu [Lauren Beukes / Luc Kenoufi]

Extrait du cinquième numéro de la revue numérique de science-fiction Angle Mort, je viens de lire Porté disparu une nouvelle de Lauren Beukes, traduite par Luc Kenoufi.
       Tout en ayant déjà entendu parler de cette autrice sud-africaine, c'est en lisant un numéro anniversaire de l'hebdomadaire anglais 2000 AD, où elle y a écrit une courte histoire autour du personnage de Durham Red, que l'idée m'est venue de me pencher plus sérieusement sur son travail.

Et je n'ai pas été déçu. 

Alors même que l'inspiration de Lauren Beukes, pour la nouvelle dont il est question ici, semble reposer sur une infox (fake news), celle dite de « l'expérience de Standford », menée par Philip Zimbardo. 

       Je ne vais pas ici relater ladite expérience (dont on trouve sur l'Internet, moult descriptions), mais pour le dire rapidement, elle a démontré que tout homme, placé dans certaines situations, peut se transformer en monstre. Ou dit autrement par Thibault Le Texier «l’enf…