Accéder au contenu principal

Je, François Villon t.02 (Luigi Critone/Jean Teulé)


François Villon fait la rencontre de Colin de Cayeux, chef des Coquillards, brigands pervers et sanguinaires. Pour être initié, Villon doit réaliser trois chefs d'oeuvre : un vol scandaleux, un crime écœurant et un présent abominable. 





 En terre étrangère 

.... Ombre portée de l'adaptation en bande dessinée de son roman homonyme, Jean Teulé - un homme qui fait du chiffre avec des lettres – avait « envie de raconter (son histoire) de manière plus rock’ n’ roll que les essais historiques qui ne touchent qu’un public confidentiel » a-t-il déclaré au magazine LIRE dans sa 449ème livraison. 

Marche supplémentaire dans la vulgarisation, hors du cercle restreint des livres sans image, la BD de Luigi Critone, dans son deuxième tome (2014), emprunte un tour beaucoup moins résilient que ne le laissait entendre le premier. 
L’amoralité serait-elle la pierre à aiguiser de l’esprit de François Villon trouvère, made in gangsta, pris entre la « la chair et le sang » ? 

Le malaise s’installe profondément. 

Accentué qui plus est, par le style « behavioriste » de cette biographie. 
Un type de narration - popularisé par des auteurs tels qu’Ernest Hemingway ou Dashiell Hammett – qui est celui de la défiance et du calme désespoir devant les ruses de la raison. Le style « behavioriste » ou comportementaliste, déduit de la réalité des apparences et non de l’intériorité douteuses des gens, pour le dire comme Jean-Patrick Manchette (qui en connaissait un rayon sur la question). 

Or donc, pas de chaîne d’arpenteur pour nous dire de quoi les abîmes de Villon sont faits. 
Pas de récitatifs introspectifs, peu sinon pas de digression sur ce qui fait son quotidien par son entourage proche ou ses contempteurs, qui pourraient expliquer et/ou justifier son comportement. 

Le passé est une autre planète a écrit J-G Ballard ; celle que nous fait visiter Luigi Critone via François Villon est sacrément anxiogène. 

(À suivre, quand la médiathèque aura acquis le troisième tome)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…