Accéder au contenu principal

Je, François Villon t.02 (Luigi Critone/Jean Teulé)


François Villon fait la rencontre de Colin de Cayeux, chef des Coquillards, brigands pervers et sanguinaires. Pour être initié, Villon doit réaliser trois chefs d'oeuvre : un vol scandaleux, un crime écœurant et un présent abominable. 





 En terre étrangère 

.... Ombre portée de l'adaptation en bande dessinée de son roman homonyme, Jean Teulé - un homme qui fait du chiffre avec des lettres – avait « envie de raconter (son histoire) de manière plus rock’ n’ roll que les essais historiques qui ne touchent qu’un public confidentiel » a-t-il déclaré au magazine LIRE dans sa 449ème livraison. 

Marche supplémentaire dans la vulgarisation, hors du cercle restreint des livres sans image, la BD de Luigi Critone, dans son deuxième tome (2014), emprunte un tour beaucoup moins résilient que ne le laissait entendre le premier. 
L’amoralité serait-elle la pierre à aiguiser de l’esprit de François Villon trouvère, made in gangsta, pris entre la « la chair et le sang » ? 

Le malaise s’installe profondément. 

Accentué qui plus est, par le style « behavioriste » de cette biographie. 
Un type de narration - popularisé par des auteurs tels qu’Ernest Hemingway ou Dashiell Hammett – qui est celui de la défiance et du calme désespoir devant les ruses de la raison. Le style « behavioriste » ou comportementaliste, déduit de la réalité des apparences et non de l’intériorité douteuses des gens, pour le dire comme Jean-Patrick Manchette (qui en connaissait un rayon sur la question). 

Or donc, pas de chaîne d’arpenteur pour nous dire de quoi les abîmes de Villon sont faits. 
Pas de récitatifs introspectifs, peu sinon pas de digression sur ce qui fait son quotidien par son entourage proche ou ses contempteurs, qui pourraient expliquer et/ou justifier son comportement. 

Le passé est une autre planète a écrit J-G Ballard ; celle que nous fait visiter Luigi Critone via François Villon est sacrément anxiogène. 

(À suivre, quand la médiathèque aura acquis le troisième tome)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.