Accéder au contenu principal

L'Odeur des garçons affamés (Loo Hui Phang & Frederik Peeters)

Texas, 1872. Oscar Forrest, photographe, répertorie les paysages de l'Ouest pour le compte du géologue Stingley. Entre Oscar et Milton, jeune garçon à tout faire du groupe, s'installe une relation ambiguë. ... Alors qu'autour de l'expédition, rôdent un inquiétant homme en noir et un Indien mutique. 
…. Si Loo Hui Phang a écrit un western éloigné de ce à quoi une grande partie du genre nous avait habitués, en lisant L’Odeur des garçons affamés j’ai senti comme une affinité certaine avec le « western » écrit quelques années plus tôt (1983) par William S. Burroughs, intitulé Parages des voies mortes* (Place of Dead Roads). Même place accordée à l’onirisme & à la magie, présence affichée et revendiquée de l’homosexualité, et de façon plus anecdotique chez Burroughs (mais pour le coup très saisissant) du truquage photographique.

Reste que le scénario du western dessiné par Frederik Peeters est loin, très loin, d’être un plagiat du roman de Burroughs. Et quand bien même, ce n’est pas l’écrivain américain qui pourrait le lui reprocher. Non pas parce qu’il est mort mais parce qu’il déclarait lui-même : « Aussi, allez-y franchement et plagiez en toute liberté**. » et que son propre roman est truffé de citations, revendiquées ou non, littérales ou de mémoires (ce qu’il reconnaît par ailleurs dans la préface qu’il a écrit à Yegg, Autoportrait d’un honorable hors-la-loi (You Can’t Win) de Jack Black).
Ce n'est sûrement pas une coïncidence si ce sont les Comanches qui ont été choisis.
En effet la Comancheria est ce qui se rapproche le plus chez les Amérindiens d'un empire,
ou comment illustrer le choc des civilisation entre deux empires.  
…. Transhumance initiatique - que ne renierait pas Christopher Vogler*** - où la puissance du rêve, la force du symbole et la maternité de l’image composent une espèce de « fantastique transcendantale », L’Odeur des garçons affamés montre le coté obscur de la Conquête de l’Ouest (ou disons son négatif pour utiliser l'idiome des photographes) avec sensibilité & force. Non sans oublier de jouer avec les codes du genre. 

Si le fond est fort, la forme ne lui fait pas défaut. Frederik Peeters, très en forme justement, procure tout ce qu’il faut de sidération rétinienne pour galvaniser n’importe quel lecteur, même le moins sensible aux tribulations de nos trois personnages principaux.

…. En définitive L’Odeur des garçons affamés joue sur les deux tableaux (celui du pur divertissement et celui d’une lecture plus exigeante) et de fait intègre sans coup férir mon tableau d’honneur. Avec mes félicitations ! 
______________________________
 *Traduit par Sylvie Durastanti, & paru en 10/18 

 **Le plagiat (1977) paru dans le magazine Crawdaddy (Traduction Lucien Suel) 

 ***Christopher Vogler, connu pour avoir synthétisé les travaux de Joseph Campbell sur le monomythe (Pour en savoir +), et en avoir fait une formule (magique).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'Alignement des équinoxes [Sébastien Raizer]

Vous l'avez sûrement constaté, Maurice G. Dantec n'a pas publié de livres depuis quelques temps. Fort heureusement, pour les amateurs qui ont pris plaisir à lire Les Racines du Mal ou encore Babylon Babies, Sébastien Raizer vient, avec L'Alignement des équinoxes, à la rescousse des lecteurs en manque.
••• Ce roman, d'abord publié à la Série Noire, sous les auspices d'Aurélien Masson, à qui il est par ailleurs dédié, est le premier d'une trilogie, dont la lecture contentera amplement ceux qui ne voudront toutefois pas poursuive l'aventure des tomes suivants.
Néanmoins, le cœur du réacteur qui le propulse, dans lequel on trouve aussi bien Mishima, Philip K.Dick, William S. Burroughs ou encore Robert Anton Wilson, pour ne citer que les plus évidents ; dispose d'une telle puissance diégétique que je ne doute pas le moins du monde que Sagittarius et Minuit à contre-jour, les deux romans qui suivent respectivement L'Alignement des équinoxes, soient tout au…

À toute allure [Duane Swierczynski / Sophie Aslanides]

Jamais un livre n'aura autant mérité son titre.
Second roman de l'auteur, auquel il ne croyait guère, À toute allure est à l'image de ce qu'on attend du moteur d'une voiture qui servirait à s'enfuir après le vol à main armée d'une banque : gonflé à bloc.
Fidèle à Philadelphie, Duane Swierczynski y plante de nouveau l'action de son roman, laquelle se déroule en l'espace de 4 jours, bien remplis.

       Dans un des entretiens qu'il a accordés, et disponible sur la Toile™, l'auteur y déclare être fasciné par les personnages qui doivent affronter les pires journées de leur existence. Rien à dire, À toute allure est exactement ce type de récit. Manière de vaudeville noir, ce roman au style « behavioriste », est principalement écrit sous la forme de courts paragraphes. Lesquels seraient, selon Duane Swierczynski, comme des chips que l'on dévore l'une après l'autre, pour s'apercevoir finalement qu'il est deux heures du matin. Et qu…

Necronauts [Gordon Rennie / Frazer Irving] 2000 AD

C'est en lisant une notule critique à propos d'un roman de SF récemment paru, que cette analogie m'est venue. Son auteur écrivait, en substance ; « Malgré une intrigue qui peine à démarrer et une fin un peu abrupte balabla ... ».
Et j'ai eu une sorte de révélation.
Lorsque l'envie de se divertir occupe une part non négligeable d'un moment de lecture, celui-ci ressemble à un voyage en avion. Les deux moments les plus cruciaux en sont le décollage, et bien sûr l’atterrissage. 
Autrement dit, mal commencer une histoire et en louper la fin, augure mal du sentiment que laissera l'histoire en question. À condition qu'un mauvais début donne envie d'aller plus loin. 
Fort heureusement rien de tel avec Necronauts de Gordon Rennie & Frazer Irving.

Comme la couverture de l'hebdomadaire 2000 AD, qui illustre cette entrée le laisse deviner, les 50 pages de cette aventure ont d'abord trouvé refuge dans les pages du magazine anglais. Normal me direz-vous, l…