Accéder au contenu principal

L'Odeur des garçons affamés (Loo Hui Phang & Frederik Peeters)

Texas, 1872. Oscar Forrest, photographe, répertorie les paysages de l'Ouest pour le compte du géologue Stingley. Entre Oscar et Milton, jeune garçon à tout faire du groupe, s'installe une relation ambiguë. ... Alors qu'autour de l'expédition, rôdent un inquiétant homme en noir et un Indien mutique. 
…. Si Loo Hui Phang a écrit un western éloigné de ce à quoi une grande partie du genre nous avait habitués, en lisant L’Odeur des garçons affamés j’ai senti comme une affinité certaine avec le « western » écrit quelques années plus tôt (1983) par William S. Burroughs, intitulé Parages des voies mortes* (Place of Dead Roads). Même place accordée à l’onirisme & à la magie, présence affichée et revendiquée de l’homosexualité, et de façon plus anecdotique chez Burroughs (mais pour le coup très saisissant) du truquage photographique.

Reste que le scénario du western dessiné par Frederik Peeters est loin, très loin, d’être un plagiat du roman de Burroughs. Et quand bien même, ce n’est pas l’écrivain américain qui pourrait le lui reprocher. Non pas parce qu’il est mort mais parce qu’il déclarait lui-même : « Aussi, allez-y franchement et plagiez en toute liberté**. » et que son propre roman est truffé de citations, revendiquées ou non, littérales ou de mémoires (ce qu’il reconnaît par ailleurs dans la préface qu’il a écrit à Yegg, Autoportrait d’un honorable hors-la-loi (You Can’t Win) de Jack Black).
Ce n'est sûrement pas une coïncidence si ce sont les Comanches qui ont été choisis.
En effet la Comancheria est ce qui se rapproche le plus chez les Amérindiens d'un empire,
ou comment illustrer le choc des civilisation entre deux empires.  
…. Transhumance initiatique - que ne renierait pas Christopher Vogler*** - où la puissance du rêve, la force du symbole et la maternité de l’image composent une espèce de « fantastique transcendantale », L’Odeur des garçons affamés montre le coté obscur de la Conquête de l’Ouest (ou disons son négatif pour utiliser l'idiome des photographes) avec sensibilité & force. Non sans oublier de jouer avec les codes du genre. 

Si le fond est fort, la forme ne lui fait pas défaut. Frederik Peeters, très en forme justement, procure tout ce qu’il faut de sidération rétinienne pour galvaniser n’importe quel lecteur, même le moins sensible aux tribulations de nos trois personnages principaux.

…. En définitive L’Odeur des garçons affamés joue sur les deux tableaux (celui du pur divertissement et celui d’une lecture plus exigeante) et de fait intègre sans coup férir mon tableau d’honneur. Avec mes félicitations ! 
______________________________
 *Traduit par Sylvie Durastanti, & paru en 10/18 

 **Le plagiat (1977) paru dans le magazine Crawdaddy (Traduction Lucien Suel) 

 ***Christopher Vogler, connu pour avoir synthétisé les travaux de Joseph Campbell sur le monomythe (Pour en savoir +), et en avoir fait une formule (magique).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …