lundi 5 décembre 2016

Le protocole Pélican (Marazano/Ponzio) Dargaud

…. Sur fond de relativisme scientifique et de théorie du complot, Richard Marazano & Jean-Michel Ponzio croisent les idées et les références (parfois introduites à coup de marteau : Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley). 
On ne peut pas en effet ne pas penser aux différentes expériences de psychologie expérimentale que l’on connaît, ne serait-ce que par osmose : Stanford, Milgram (pour ne citer que les plus connues) en lisant Le protocole Pélican
Un protocole dont on ne saura rien, sinon que la fin justifie les moyens de faire une omelette en cassant des œufs. Une poignée de scientifiques – sous la coupe d’un fac-similé 2.0 d’un HAL clarcko-kubrickien – est à la recherche d’un mème.
Le mème est à la civilisation ce que le gène est à l'évolution. C'est un élément de code culturel, cognitif, symbolique ou pratique, soumis à la sélection naturelle et donc, vivant !
Disons pour simplifier que le mème est une idée qui à l'instar de l’œuf de Samuel Butler utilise la poule pour se dupliquer ; le mème lui se sert des êtres humains pour le faire.
…. Peu amateur d’une manière générale du style dit photo-réaliste utilisé par Jean-Michel Ponzio (lequel se sert de modèles qu’il photographie, pour ensuite encrer numériquement ce qui deviendra ses personnages) qui tient plus du roman-photo (Pour en savoir +) que de l’idiome pratiqué par le Neuvième Art, force m’est de reconnaître qu’il dote pour le coup cette histoire de l’ambiance adéquate. Entre froideur et malaise, la curiosité et les circonstances (les 4 tomes étaient disponibles à la médiathèque) ont fait que j’ai lu cette tétralogie d’une traite. Ce que je n’aurais peut-être pas fait au rythme annuel de sa publication, et si j’avais dû acheter chaque album. (Ce qui en dit surement plus sur moi que je ne le voudrais)
…. Récit de S-F postmoderne (et « post-11 septembre »), Le protocole Pélican s’intéresse plus aux bouchons qu’à l’automobile, et j’ai l’impression qu’il arrive à ses fins.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire