Accéder au contenu principal

Invasion (Bill Savage) Pat Mills & Co.

.... Suite à la lecture de l'entretien entre Pat Mills (scénariste britannique bien connu) & l'ami Présence, et la conversation qui s'en ait suivi [Pour en savoir] je rapatrie un article que j'avais écrit à l'occasion - ou presque - de la sortie du recueil Savage chez l'éditeur Delcourt .....

Savage

Scénario : Pat Mills
Dessins : Charlie Adlard
Traduction : Nick Meylander
Lettrage : Moscow*Eye

Editions Delcourt
Prix : 17,95 €

Rebaptisée la République Volgane, l’ex-Russie a passé un accord avec les États-Unis dans une sorte de nouveau Yalta, afin de se partager le monde. Mais les pays libres et le Royaume-Uni refusent cette nouvelle donne et la résistance se met en place. 2004 : Les Volgans ont envahi l’Angleterre. Un certain Bill Savage se bat contre l’oppresseur. Une atmosphère de guerre et de guérilla envahit l’Albion.

…. L’invention, la création est de mon point de vue, et à bien des égards, un miroir aux silhouettes. Et ce n’est pas la préface de Pat Mills - scénariste reconnu et l’un des hommes clés à l’origine de l’hebdomadaire de BD 2000AD [Pour en savoir +] - qui me contredira, lui qui y déclare s’être inspiré de Jack Carter, personnage inventé par le romancier Ted Lewis, pour son propre personnage Bill Savage
Le roman de Lewis, Jack's Return Home - disponible chez l'éditeur hexagonal Rivages - (1970) est sûrement plus connu au travers de son adaptation cinématographique, portée à l’écran l’année suivante sous le tire original de Get Carter (La Loi du milieu) et réalisé par Mike Hodges avec Michael Caine dans le rôle principal.

Toutefois Bill Savage a failli ne pas voir le jour. 

…. En effet au moment de réfléchir au contenu de l’hebdomadaire que l’éditeur IPC est en train de concevoir et qui deviendra 2000AD donc, John Sanders suggère une série, baptisée Invasion, qui raconterait justement l’invasion de la Grande Bretagne par les troupes Russes. Pat Mills n’est pas très enthousiaste jusqu’à ce que l’éditeur propose de montrer dès le premier épisode l’exécution de Margaret Thatcher devant la cathédrale Sain Paul (de Londres) c’est du moins l’argument qu’avance David Bishop dans son étude sur l'hebdomadaire britannique. 
Si M. Thatcher n’est pas, au moment de la création de 2000AD, encore Premier ministre elle est néanmoins déjà à la tête du Parti conservateur.
Le premier scénario est donc envoyé à un artiste mais son travail n’est pas suffisamment convaincant ; Villagran c’est son nom, le redessine mais là encore il ne convient pas. 
Finalement c’est un dessinateur de l’agence Bardon qui s’y collera, et son travail sera jugé satisfaisant. 
L’Histoire n’a à ma connaissance, pas retenu son nom. 

Tout au long de ce processus artistique, des remaniements, notamment au niveau de la violence – l’arrêt de l’hebdomadaire Action est encore dans toutes les mémoires [Pour en savoir +] – seront apportés jusqu’au dernier moment, juste avant de mettre sous presse (Cf. Thrill-power overload par David Bishop). Finalement le premier épisode sortira dans le premier numéro de 2000AD le 26 février 1977. 

Trois ans plus tard Invasion est publiée dans l’Hexagone.
Au cours des années 1970 et au début des années 1980 notamment, les lecteurs français sans qu’ils le sachent forcément ont droit à des histoires de bandes dessinées qui viennent des quatre coins de l’Europe : Angleterre, Italie et Espagne grâce à ce qu’on appellera plus tard les « petits formats » (PF), et Invasion ne déroge pas à la règle puisqu’il est publié dès juin 1980 dans Force X, qui deviendra dès le numéros suivant sans qu’on sache pourquoi Super Force (14 numéros). 

Ce « petit format », publié par l’éditeur Aventures et Voyages (plus connu sous le nom de Mon Journal), de 128 pages (et de 130x180 cm) accueillera par ailleurs dans son numéro 11 le (maintenant) célèbre Judge Dredd.
La version originale et la version française
Petit format mais aussi petit prix. 

Le numéro de Force X coûtait à l’époque 3,50 francs soit l’équivalent en 2015 de 1,46 € calcul fait, compte tenu de l'érosion monétaire due à l'inflation. Difficile de trouver de la bande dessinée à ce prix-là aujourd’hui. 
Pour mémoire, ce qui se fait sûrement de moins cher de nos jours est soit le Journal de SPIROU qui coûte 2,40 € et le Journal de MICKEY qui lui vaut 2,90 €. 

…. Bill Savage est un personnage comme les affectionne Pat Mills : un prolétaire à qui on ne dicte pas sa conduite, et un anti-héros. C’est-à-dire un personnage qui fait le Bien malgré lui au travers notamment de ses propres combats ; qui combat la hiérarchie et l’ordre lorsqu’ils sont imposés et iniques, bref qui combat le « système » en place avec la même pugnacité que s’il était lui-même un « méchant ».
L'exécution de Mme Thatcher
.... La guerre que mène Savage ne se fait pas « en dentelle », tous les coups sont permis et que le plus retors gagne. 
Pat Mills, en vieux routier de la BD qu’il est, sait toutefois inventer des personnages suffisamment riches qui ne tombent jamais (ou presque) dans le manichéisme. 
Tout salaud qu’il soit, un personnage à des raisons de l’être ; le scénariste laisse au lecteur d’approuver ou non ses agissements. 

Du moins lui laisse-t-il croire.

Commentaires

  1. Toujours passionnant à lire, m'sieur Dada. J'avais moi-même chroniqué le premier - et unique numéro de Force X ici : http://www.forumpimpf.net/viewtopic.php?f=1&t=17979&start=160#p442028. ;)

    RépondreSupprimer
  2. Pour info, le 1er dessinateur de Invasion n'est autre que le grand Jesus Blasco, qui a travaillé pour Spirou (la série Paul Foran, entre autres), et en Angleterre l'excellent Steel Claw, rebaptisé chez nous Main d'acier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis heureux que ce que j'écris t'intéresse.
      Merci.

      Supprimer
    2. You're welcome ! Il y a si peu de choses sur le net en français sur la bd britannique en général, et sur 2000 AD en particulier que c'est un bonheur de lire tes chroniques.

      Supprimer
  3. J'ignorais tout des coulisses de la création de cette série. Merci pour cet acte enrichissement de ma culture.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er