Accéder au contenu principal

ZERO (Aleš Kot et all.) Image Comics

Michael Walsh
…. Récit d’espionnage mâtiné d’anticipation Zero, bascule, vers son quinzième numéro (sur 18), dans la « Beat-lit » la plus radicale, selon un art de la perspective secrète plutôt bluffant. 

À l’instar d’un Dashiell Hammett se jouant de ses lecteurs en même temps que Sam Spade se joue de Brigid O’Shaughnessy dans Le Faucon Maltais, Aleš Kot avec Zero livre contre toute attente un scénario optimiste où l’enjeu n’est pas une énième aventure d’un simili James Bond très « grim & gritty », mais une réflexion sur la violence et sa propagation (et comment l’enrayer). 

Convoquant William S. Burroughs, la mémétique et une flopée d’artistes talentueux ; usant de la décompression narrative comme d’une arme diégètique à nulle autre pareille, et d’un designer iconoclaste (Tom Mueller), Zero est une maxi-série qui déroutera quiconque aime le confort ferroviaire d’un % important de la BD américaine. Je le sais, puisque j’aime aussi cette bande dessinée-là.
Tom Mueller
Zero n’est pas une histoire que l’on appréhende avec désinvolture, elle nécessite une participation importante de ceux qui la lisent. Ce qui ne veut pas dire qu’elle ne les désarçonnera pas pour autant. 

Zero est une illustration (possible) de l’injonction que fit Jack Kirby – il y a quelques années déjà – à un festival de bande dessinée où, en substance, il exhortait les auteurs à ne pas seulement voir la bande dessinée comme de la BD mais comme du journalisme.
Morgan Jesk
Si vous avez un point de vue sur la drogue, sur la guerre ou sur l’économie disait-il « vous pouvez l’exprimer plus efficacement avec de la bande dessinée qu’avec seulement des mots » mais personne ne le fait ajoutait-il. « La BD c’est du journalisme, mais aujourd’hui elle se limite à faire du mauvais mélo (soap). »
Robert Sammelin
Thème central de son scénario, la filiation (tout autant que l'art d'écrire) s’exprime aussi dans ce passage de relais entre l’un des plus importants créateurs du 9ème Art et l’une des révélations les plus prometteuses de ce début de millénaire. Inch’Allah !

Commentaires

  1. J'ai lu le premier tome de Zero et les autres m'attendent dans ma pile de lecture. Ce que tu en écris exprime parfaitement le souvenir que j'en ai gardé, avec la nécessité d'une lecture active. :)

    Du même auteur, j'avais beaucoup aimé le premier tome de Wolf (beaucoup moins le second qui m'avait semblé superfétatoire), ainsi que le récit complet The Surface. Il me reste également le tome de Material dans ma pile de lecture.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai moi en prévision Wolf, The Surface & Material, et une ou 2 autre publications de ce scénariste ; qui est en effet quelqu'un dont les histoires demandent que le lecteur soit sévèrement impliqué.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er