Accéder au contenu principal

Birthright : tomes 1 & 2 (Delcourt)

…. La série Birthright, de Joshua Williamson & Andrei Bressan, est le résultat de la mise en œuvre d’un algorithme mémétique* connu (au moins) depuis l’année 1889. 
Mark Twain y publie alors un roman – Un Yankee à la cour du roi Arthur – dont la trame, débarrassée de sa charge politique, fera florès auprès des soutiers de « l’art modeste » : pulp magazines, comic books, cinéma, etc., et ce jusqu’à aujourd’hui.
Voyez plutôt : « un héros occidental vient apporter la civilisation ou le salut, à une société jugée primitive, ou médiévale ». Ce qui différencie (liste non exhaustive) Une Princesse de Mars d’Edgar Rice Burroughs (1912), Le Dernier samouraï d’Edward Zwick (2003) ou Autumnlands de Busiek & Dewey (2015), ce n’est pas une différence de nature mais - bien entendu - de degré. 
Chacune à leur manière, ces histoires racontent l’arrivée d’un étranger à la civilisation qu’il pénètre, et qui en deviendra peu ou prou le héros en combattant les « forces du Mal ». 

Ce stéréotype, tellement connu qu’il en est devenu (presque) invisible, Joshua Williamson va le retravailler. Il garde la société médiévale, fortement épicée d’heroic fantasy comme on dit par chez nous, et imagine un avenir à ce héros après qu’il eut rempli sa mission.
Ce n’est d’ailleurs pas la seule surprise de cette série, qui en est à son vingt-cinquième numéro aux U.S.A (publiée par Image Comics) et au moment où j’écris. Et que 4 tomes ont été publiés dans par l'éditeur hexagonal Delcourt

Astucieuse et riche en promesses, Birthright bénéficie en sus d’un duo qui transforme l’imagination de Williamson en un rendu séquentiel saisissant voire féerique. Andrei Bressan (aux dessins) & Adriano Lucas (aux couleurs) aussi à l’aise dans l’épique que dans les péripéties familiales plus terre-à-terre, ne sont pas pour rien dans la séduction qu’exerce le scénario. 
Toutefois, la suspension volontaire d’incrédulité demandée est tout aussi fortement sollicitée que vis-à-vis de l’histoire proprement dite, tant certaines cases ressemblent à un soir de 14 juillet à trois grammes du mat’.
Traduction : Studio 2C Lettrage : Moscow*Eye
.... Rythmée, jamais à court d’un retournement de situation et de quelques grosses ficelles faciles à actionner, Birthright est un chouette divertissement, dont j’ai lu les deux premiers recueils avec beaucoup de plaisir et d’intérêt.
  

(À suivre ....)
 _______________ 
*Le mème est à la civilisation, ce que le gène est à l’évolution. C'est une unité d'information, auto-réplicante ; autrement dit une « idée », considérée comme autonome et surtout, contagieuse.

Commentaires

  1. Je vois que ça a été rapide pour t'y remettre. :)

    Les cases très colorées de Bressan et Lucas rendent la lecture très divertissante, avec une forme de récompense immédiate pour le lecteur.

    C'est rigolo parce que tel que présente le mème de Mark Twain m'évoque également le mythe plus générique du sauveur, l'étranger qui arrive dans une communauté et qui sauve la situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais dans le cas de Twain (et de ceux que je cite par exemple) il s'agit d'étrangers au sens le plus radical du terme : voyageur temporel, "extramarsien", venant d'un autre continent, et venant d'un univers parallèle.
      Bref, il s'agit de la rencontre de deux sociétés, deux civilisations

      [-_ô]

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er