Accéder au contenu principal

Wild Children/Aleš Kot/Riley Rossmo/Gregory Wright

"Wild" n'est pas seulement l'équivalent de "sauvage", c'est aussi le participe passé du verbe "to will" (vouloir)

« Ecrire, car c'est toujours récrire » J-L G.

Marcel Duchamp à plus d'un titre
…. Il semble s’agir ici pour le scénariste Aleš Kot de puiser dans l’inépuisable courant postmoderne, celui où la culture est devenue un immense réservoir où piocher. 
Wild Children n’invente donc pas un nouvel alphabet, mais plus sûrement de nouvelles combinaisons de mots anciens. 

Ce graphic novel (i.e. album dont l’histoire paraît en une seule fois, par opposition à la compilation de périodiques) paru en 2012, l’un des tout premiers sinon le premier de ses scénarios publiés, brasse nombre de références implicites ou explicites [Hakim Bey, Marcel Duchamp, Grant Morrison, Warren Ellis, Marshal McLuhan, Jacques Derrida et son concept d’hantologie (qui fait particulièrement sens ici), etc.] dans un environnement particulièrement anxiogène : une prise d’otages dans un lycée.
"Si je les avais en face de moi, j'écouterais ce qu'ils ont à dire, ce que personne n'a fait" Marilyn Manson
Après avoir tourné la dernière page de cet album de 56 planches, et l’avoir relu (plusieurs fois, par plaisir et pour écrire ce commentaire) je suis bien incapable d’en dégager le(s) message(s), hormis que la résolution des questions qu’il pose, ne passe pas, à l’évidence, par la case héroïsme.
Rossmo & Wright ne sont pas pour rien dans l'attrait auquel invite Wild Children
…. Manière d’aggiornamento revendiqué, extrait d'une conversation avec ses aînés,Wild Children, premier chapitre d’une trilogie (dite du suicide) selon Kot, dessine plus un dispositif - décapé au teen spirit - qui s’exprime par la soudure, qu’il ne propose un détournement d’attention.

Si vous avez aimé Shoot de Warren Ellis & Phil Jimenez, Kill your boyfriend de Grant Morrison & Philip Bond, et si vous aimez Aleš Kot.  

Commentaires

  1. Ça doit être quelque chose pour que tu sois bien incapable d’en dégager le(s) message(s) ! Celui-là ne m'attirait pas et je n'ai pas fait l'effort de le chercher. L’œuvre la plus ancienne que j'ai lu de Kot est Change (2012/2013), écrits par Ales Kot, dessinés et encrés par Morgan Jeske. Je n'ai pas été entièrement convaincu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au niveau des "messages" l’impression qui me reste c'est une sorte de "brouillard de guerre" (Cf. Clausewitz), autrement Kot donne des signaux parfois contradictoires, il est très elliptique, et manœuvre sur plusieurs terrains à la fois, etc.

      Mais paradoxalement, j'ai bien aimé.

      [-_ô]

      Supprimer
  2. Je me souviens aussi qu'il m'avait fallu du temps pour réussir à apprécier les dessins de Riley Rossmo dans ses autres créations : Green Wake (scénario de Kurtis J. Wiebe), Drumhellar (avec Alex Link), ou encore Rasputin (avec Alex Grecian).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er