Accéder au contenu principal

Mutopia X (Marvel Comics)

Couverture d'Andy Park
…. À part les deux premiers numéros (pour l’instant) de la série Second Sight publiée par l’éditeur Aftershock, et savoir qu'il avait inventé le Batman français - adepte du Parkour - Nightrunner, je crois bien que je ne savais pas grand-chose  David Hine au moment où j'ai lu le tpb Mutopia X

Dernièrement, c'est là que je voulais en venir, je suis donc tombé par hasard, sur ledit trade parperback (ou recueil) intitulé Mutopia X, et je me suis laissé tenter (sans vraiment savoir pourquoi d’ailleurs).
La curiosité s'est joliment transformée en excellente surprise grâce (surtout) au scénariste.

À partir d’un concept de départ (celui de House of M) que je connaissais moins que vaguement – mais qui de toute façon est résumé dans le paratexte de cette compilation de cinq numéros – David Hine a écrit un scénario qui vaut le détour pour tous les fans des X-Men & associés, et me suis-je laissé dire, pour tout ceux dont l'un des buts en ouvrant une BD est de passer un bon moment.
Mutopia X est un récit du point de vue d'un flic ordinaire, qui je crois, peut se lire indépendamment de toute autre série cornaquée par l’event House of M (puis Decimation si j’ai bien compris a posteriori). 
Hine prend soin de bien circonscrire et son théâtre d’opération : le quartier connu précédemment sous le nom de District X devenu Mutopia X, et sa distribution : des seconds couteaux ou des personnages n’ayant aucune influence sur l’univers Marvel
Peut-être même en a-t-il inventé la plupart. 

Reste le X-Man Bishop, qui n’est pas vraiment un second couteau, mais dont l’utilisation qu’en fait le scénariste reste déconnectée (ai-je cru comprendre) de toute influence majeure sur le reste de l’événement en question. 

Toutefois, 5 numéros c’est un peu court, d'autant qu' il y avait largement de quoi rallonger un peu cette mini-série avec toutes les (bonnes) idées que David Hine propose ; mais force reste à l'éditorial (sûrement).
Côté dessin, rien à dire sinon que Lan Medina & Alejandro « boy » Sicat assurent au moins le minimum syndical. 
Ce qui n’est déjà pas si mal. 

…. En tout cas ces cinq numéros (et l’impression que m’ont laissé les deux numéros de Second Sight) m’ont donné envie de m’intéresser de plus près au travail de David Hine, dont son District X (14 numéros) - qui m’était passé sous le radar - qui m’a l’air d’autant plus intéressant qu’il utilisait déjà le même théâtre d'opération, à savoir le bien nommé District X (forcément), et quelques uns des principaux rôles de vus dans la présente mini-série.
Ainsi que son diptyque sur la famille royale des Inhumains, dont on m'a dit le plus grand bien  

(À suivre ......)

Commentaires

  1. Je n'avais pas eu l'occasion de lire ces épisodes. Intéressant, mais ton jugement de valeur sur la partie graphique me refroidit fortement (le minimum syndical, ce qui n’est déjà pas si mal).

    J'avais essayé Darkness reborn du même scénariste, sympathique, mais pas au point que j'en lise l'intégralité. J'avais été beaucoup plus impressionné par The Bulletproof Coffin, dessiné par Shaky Kane. J'avais trouvé que David Hine ne s'en sortait pas trop mal dans ses histoires écrites pour la série Crossed, avec des règles à respecter très contraignantes. A l'occasion, je jetterai un œil sur Second Sight.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui "The Bulletproof Coffin" est dans ma ligne de mire.

      Ses deux séries sur les Inhumains sont excellentes, dommage que Marvel l'ait empêché (je suppose) de terminer ce qui s'annonçait comme une (excellente) trilogie.

      Au sujet du "minimum syndical" dont je gratifie le dessinateur, il me faut ajouter que nombre d'entre eux fournissent - à mes yeux - ce type de travail dans la BD mainstream. Il n'y a rien de déshonorant, mais rien non plus de remarquable. Il font le job (ce qui n'est déjà pas si mal).

      Donc que cela ne te rebute pas outre mesure, si tu as envie de tenter le coup.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er