Accéder au contenu principal

Ghosted (J. Williamson/D. Gianfelice/G. Sudzuka)

Ce n’est pas entre la poire et le fromage, mais entre le hasard et la curiosité, que j’ai découvert la série écrite par Joshua Willimason : GHOSTED. 

Quand l’occasion fait le larron, que fait le larron ? 

…. Un recueil disponible à la médiathèque, Esprit au piège, publié par Delcourt, et la curiosité ont fait le reste.
Commencer par le deuxième tome n’est pas forcément la meilleure chose à faire, mais contre toute attente, je l’ai lu d’un trait et je me suis procuré le premier toutes affaires cessantes. 
En version originale. 

Non pas que j’ai quelque chose à redire à la traduction de Hélène Remaud-Dauniol, pas du tout, mais l’un de mes miens amis l’avait dans sa propre bibliothèque. Surtout que si je me fie au titre français du second opus, qu’on lui doit peut-être sûrement, la traductrice montre un sens de la formule plutôt réjouissant. 

Indice intéressant, lire le second arc narratif avant le premier, et en tirer entière satisfaction, donne déjà une idée du savoir-faire du scénariste. Sa côte monte encore lorsque le premier tome reste captivant.
Davide Gianfelice & Miroslav Mrva
…. Or donc, mini-série ayant connu une poussée de croissance sous l’influence de bonnes ventes GHOSTED (publiée chez l’éditeur Image Comics aux U.S.A), mixe le récit de « casse » à celui d’histoires de fantômes. Rien de forcément original, mais encore fallait-il y penser. 

Cela dit, la grande force des 10 numéros que je viens de lire tient surtout aux capacités de dialoguiste de Joshua Williamson et à son sens du rythme. 
Deux talents que les dessinateurs Davide Gianfelice (dans le tome II) et Goran Sudzuka (dans le tome I) renforcent du leur. 
J’ai par ailleurs beaucoup aimé l’encrage « charbonneux » de Sudzuka. 

Miroslav Mrva, qui s’occupe des couleurs sur les deux tomes, apporte un plus indéniable à un storytelling dont la réussite passe aussi par l’ambiance. Certaines cases, voire certaines planches, n’auraient sûrement pas l’impact qu’elles ont sans lui.
Goran Sudzuka & Miroslav Mrva
Autre aptitude à mettre au bénéfice du scénariste, l’aisance avec laquelle – tout en restant dans le même registre - il oublie de se répéter d'un tome à l'autre. 

Williamson a des idées, et cela se voit. 

Il a en outre un atout de taille dans sa manche, en tant qu’il sait déjà comment se termineront les aventures de son personnage principal Jackson T. Winters. Ce qui suppose que le cas échéant, il pourra se rabattre sur la bande d’arrêt d’urgence sans trop de casse (sic)

…. J’avais déjà pu constater toute l’habileté de Joshua Williamson sur un arc de la série Illuminati [Pour en savoir +] de Marvel (via Panini), lequel prenait place dans l’event Standoff que j’étais alors en train de lire. 
Il avait réussi à donner à son segment un ton très original, avec déjà des personnages très incarnés, ce qui est aussi – paradoxalement – le cas avec GHOSTED (qui pourrait se traduire par « hanté »), qui ne laissaient pas indifférents. 

Tout comme cette série qui m’a, pour le coup, rendu très enthousiaste. 


 (À suivre …..)

Commentaires

  1. De Joshua Williamson, j'ai été enthousiasmé par Nailbiter (une fuite en avant et un jeu sur les attentes du lecteur, relatives aux conventions des récits de tueurs en série) et Birthright (un jeu de dupes sur la notion de prophétie et de héros).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas encore lu "Nailbiter" mais vu Ghosted, ça ne saurait tarder.
      Même si je n'avais pas été très enthousiasmé par le premier tome de "Birthright".
      Mais je vais me redonner une chance avec cette série.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er