Accéder au contenu principal

Le Regard (Ken Liu) Le Bélial'

Aurélien Police
…. L’art de raconter une histoire s’apparente souvent à celui de la prestidigitation, surtout dans le cadre d’un whodunit (kilafé), histoire policière où il y a lieu de capturer un assassin dont l'identité est inconnue.
L’une des règles non écrites de ce type de récit, est de donner suffisamment de fil à retordre à l’enquêteur pour que les lecteurs oublient que l’auteur (et par la force des choses, le détective) a toutes les cartes en main depuis le début.
Ce qui, corollaire intéressant, est aussi un bon moyen de les captiver en multipliant les fausses pistes, les rebondissements, et en inventant un modus operandi inédit (liste non exhaustive).

Ken Liu, bien que sa novella utilise une technologie qui le range (ainsi que la collection dans laquelle elle est publiée) ipso facto du côté de la science-fiction, a écrit avec Le Regard (traduction de Pierre-Paul Durastanti), un whodunit de la plus belle eau.

…. Plusieurs auteur-e-s se sont affranchi(e)s - avec brio - des règles, implicites ou explicites du genre.
L’un des exemples les plus retentissants, et qui a en son temps fait couler beaucoup d’encre, est certainement Le Meurtre de Roger Ackroyd, roman écrit par la talentueuse Agatha Christie.
Mais je crois que personne n’a écrit- dans le domaine qui nous occupe - quelques chose d’aussi radical que Ken Liu.
Un romancier dont la quatrième de couverture déclare via une citation d'Elizabeh Bear qu’il est un génie.

Une appréciation très élogieuse, que je ne suis pas loin de partager.

…. Mais que je n’utiliserai pas au sujet de la dernière parution de la collection « Une Heure Lumière » des éditions Le Bélial’ (au prix de 8,90 €).

Cela dit, je suis sûrement passé à côté du sujet tant la platitude, l’absence de rebondissements, voire d’intrigue de l’histoire me paraît trop flagrants pour ne pas cacher quelque chose.

Mais quoi ?

Même son héroïne, une version 2.0 de Super Jaimie, et dont Ken Liu ne fait pas grand-chose, a bien du mal à exister dans cette novella où tout semble aller de soi.
Dire que la fin est téléphonée, est très en-dessous de ce que j'ai ressenti aprés avoir tourné la 93ème page de l'ouvrage.

Reste une hypothèse, Ken Liu a lui-même testé l’amélioration ( ?) technologique autour de laquelle tourne Le Regard. [-_ô]

…. Une histoire par laquelle je déconseille fortement quiconque de commencer s’il a envie de découvrir cet auteur. Le Regard, tel celui de Méduse la gorgone, risque de le pétrifier pour longtemps toujours dans son élan.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er