Accéder au contenu principal

Arlington Road [Mark Pellington / Jeff Bridges / Tim Robbins]

Écrit par le scénariste Ehren Kruger, « Arlington Road » s'inspirerait notamment de l'attentat perpétré quatre ans avant la sortie du film, par Timothy McVeigh, à Oklahoma City.
            Nonobstant cette supposée inspiration, le film de Mark Pellington est surtout une belle mécanique paranoïaque. Pendant presque deux heures il souffle le chaud et le froid sur la personnalité de deux voisins, devenus amis dans des circonstances qui auraient pu être tragiques.
L'un des plus beaux tours de force du film est sûrement le moment où Michael Faraday (Jeff Bridges) explique les tenants et les aboutissants de la mort de sa femme, alors agent du FBI, à ses élèves.
Si jamais vous deviez être la victime du Fusil de Tchekhov™ à ce moment-là comme je l'ai été, difficile de ne pas appliquer la morale de ce désastre, à ce que ce veuf va finir par vivre lui-même. Brillant !
Tim Robbins & Joan Cusak campent de leur côté un couple particulièrement dérangeant, à la limite du Fantastique. Leurs enfants le leur rendent bien aussi.  
L'apogée du film, très réussie, est paradoxalement là où le bât risque de blesser le plus cruellement la mécanique bien huilé de l'intrigue.
Je me suis en effet demandé où pouvait être l’intérêt d'un groupe terroriste, ou d'un terroriste en mode « loup solitaire », qui ne revendiquerait pas ses actes via un manifeste quelconque (?).
            Reste que ce détail n'en est jamais qu'un, et que « Arlington Road » supporte assez bien cette petite imperfection. Ou du moins qui m'apparaît comme telle.
Si Hope Davis ne démérite pas, c'est clairement le jeu de Robbins, Bridges et Cusak qui porte ce scénario, et nous empêche de trop nous poser de questions.
Notamment sur la machination que semblent révéler quelques plans du film. Et là c'est un peu plus dévastateur que l'absence de revendication.
            Au final, je dirais que « Arlington Road » souffre de trop vouloir en faire. Malin, le scénario tend à vouloir l'être bien trop pour sa propre cohérence.
Tant que nous sommes plongés dedans, ça ne pose pas de problème me semble-t-il. La mécanique est bien huilée comme je l'ai dit, et les acteurs nous hypnotisent suffisamment pour qu'on oublie de s'interroger.
Mais une fois revenu à moi, je n'ai pas pu m’empêcher de me dire qu'un peu plus de modestie n'aurait pas nuit.
            Toutefois « Arlington Road » reste un très très bon film à l'aune de mes propres goûts.
Les personnages sont saisissants d’authenticité, et surtout le scénario est très retors. Le film de Mark Pellington n'est pas non plus qu'une accumulation d'obstacles qu'il faut passer ou éliminer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er