Accéder au contenu principal

Semiosis [Sue Burke / Florence Bury / Manchu]

Ancienne journaliste, nouvelliste et traductrice, « Semiosis » est cependant le premier roman de Sue Burke (inspiré d’ailleurs d’une de ses propres nouvelles).
            Il s’agit d’un planet opera générationnel qui mêle habilement les figures narratives du roman d’aventure à la H.R. Haggard ou à la façon d’un E.R. Burroughs, de ceux qu’on pourrait qualifier superficiellement de « colonialiste », avec toutefois une sensibilité propre à l’autrice, et une maïeutique écologique.
Pour se faire Sue Burke invente un personnage original autour duquel tournent par ailleurs les presque 450 pages du roman. Et qui inspire le titre -peut-être- un poil sibyllin.
            Robinsonnade de l’espace, « monde perdu », et bien entendu altérité d'un « premier contact », puisqu’il s’agit du sous-titre de « Semiosis », le roman de Sue Burke construit une aventure humaine sur 107 ans et sept chapitres.
Car les colons Terriens ont un projet politique en arrivant sur cette planète ; qu’ils baptiseront de manière programmatique Pax.
Mais rien ne se passera tout à fait comme prévu.

            Là où ses pairs auraient développé leurs idées sur un cycle interminable, Sue Burke restreint sont propos autour d’un groupe tout aussi restreint, dont les velléités de découvertes restent circonscrites à une vallée. Enfin pas tout à fait, mais je ne voudrais pas trop en révéler.
On pourrait y voir un manque d’ambition, mais l’autrice donne tous les indices nécessaires (et convaincantes) aux limites de son utopie, ou de sa dystopie, selon l’idiosyncrasie des lecteurs et des lectrices qui tenteront de se plonger dans ce roman. Et transforme ce manque d'audace supposé en un projet viable et captivant.
            Tentative que pour ma part je ne peux qu’encourager.
« Semiosis » est en effet un roman reader-friendly, puisque s’y plonger revient exactement à la même chose qu’atterrir sur la planète Pax, en même temps que les colons. Les découvertes s’y font au rythme des personnages, lesquels n’en connaissent pas plus que nous. Et la diversité intellectuelle des unes et des autres rend les explications didactiques naturellement indispensables.
« Semiosis » ne nécessite cependant pas de compétences scientifiques particulières, sinon la curiosité. Qui pour le coup sera très joliment récompensée !
Commercialisé sous une magnifique couverture de Manchu par Albin Michel Imaginaire™, au prix de 24,90 euros, il a été traduit par Florence Bury.
Également disponible en version numérique au prix de 12,99 €.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service