Accéder au contenu principal

Le Livre de M [Peng Shepherd / Anne-Sylvie Homassel]

« Pour Ory, la fin du monde commença avec un cerf. »
            Roman Fantastique en tant qu'il introduit un élément surnaturel dans un quotidien ordinaire, et qui oublie peu à peu qu'il en est un pour devenir un récit de Fantasy catastrophe. Road trip étasunien, nonobstant un détour par l'IndePeng Shepherd paye son dû au « zero shadow day ». Un événement rarissime, et surtout l'étincelle indispensable pour que sa fascination pour les ombres se transforme en une love story à l'épreuve d'une épidémie à nulle autre pareille.
             « Le Livre de M » est un roman à quatre voix, soutenu par un chœur de personnages indispensables. Roman un peu trop long par moment, mais qui compense ses quelques baisses de rythme par son originalité.
Déroutant (sans jeu de mots), « Le Livre de M » nécessite la franche adhésion de celles & ceux qui en tenteront l'aventure.
La jeune autrice multiplie en effet les coïncidences bienvenues, et développe un symptôme dont la puissance risque, à tout instant, d’affaiblir la nécessaire suspension volontaire d'incrédulité. Mais dont les effets architecturaux vaudront bien l’inquiétante incertitude qui m'aura étreint.
            Ce dix-huitième roman d'Albin Michel Imaginaire© se singularise des titres précédents en délaissant pour le coup les couvertures peintes originales, et leur design dont l’identité visuelle est un rappel élégant aux couvertures de l’Atelier Pierre Faucheux™, du début des années 1970.
Or donc, si « Le Livre de M » se distingue visuellement dans sa tentative de toucher un public plus large que les amateurs de SfFF, la bouillonnante histoire écrite par Peng Shepherd n'y manquera pas, à condition qu'on lui en donne la chance.   
            Romance post-apocalyptique, « Le Livre de M », grâce aux parcours respectifs de ses protagonistes principaux, est tout à fait capable de rallier et de combler un lectorat très varié. Dont justement les amateurs de Fantasy.
Un premier roman en tout cas très prometteur, à paraître le 17 juin.
Et si j'ai pu le lire avant sa sortie officielle, c'est bien évidemment grâce à Gilles Dumay, que je remercie pour sa confiance.   

Commentaires

  1. Comme tu le dis, malgré les bémols, un roman prometteur.

    RépondreSupprimer
  2. On me l'a offert, je devrai le lire en 2021, le post-apo ça me plait en général, il a l'air de faire l'unanimité, j'ai un peu peur pour le coté romance, je serai bientôt fixé

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lirai ton avis avec plaisir.
      Cela dit, tu as lu « Vita Nostra » (moi j'ai calé au 2/3, et je n'aurais sûrement pas mis 7,5/10), je ne doute donc pas que tu ailles au bout du roman de Peng Shepherd.
      Je ne suis moi-même pas très fleur bleu, et il est passé comme une lettre à la Poste.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er