Accéder au contenu principal

Le Dragon ne dort jamais [Glen Cook / Frank Reichert]

Selon une source proche de Glen Cook, le texte original aurait été amputé de 80 000 mots (à peu près 160 pages en interlignes simples) par lui-même. Ce qui paraît énorme pour un livre qui fait 256 pages en version originale.
Les raisons de cette révision ne me sont pas très claires.
Mais elle explique sûrement l'entrée en matière très brutale. Et qu'au final « Le Dragon ne dort jamais » soit aussi amphigourique.
            Glen Cook, auteur connu et reconnu de Fantasy livre avec ce roman, un space opera militaire et épique. Si le titre peu prêter à confusion, la couverture de Manchu, moins équivoque, ne laisse pas de place au doute.  
« Le Grégor Oublié effectuait un circuit trapézoïdal régulier entre L. Maronia, K. Foulorii, M. Benica et D. Suttonica B. Depuis toujours et pour toujours. Le Voyageur Hansa Rituel Fidèle avait été porté disparu pendant un temps, mais retrouvé vingt ans plus tôt par le XVII Macedonica. Pirates. Aucun signe de vie à bord. » 
La citation ci-dessus est un bon exemple de la prose de Cook traduite par Frank Reichert.
Des noms des vaisseaux pittoresques, des phrases courtes, souvent sibyllines ; même avec le contexte. S'y ajoute des chapitres également très courts.
Beaucoup de personnages (et de points de vue), dont certains ont des clones, des Vaisseaux (avec une majuscule) capables de projeter des « hologrammes organiques », un Réseau, sorte d'autoroutes de l'espaces, un ennemi Extérieur, des manœuvres politico-commerciales, etc
« Le Dragon ne dort jamais » est donc un roman très riche, auquel la traduction ajoute son grain de sel. 
            Ainsi peut-on y lire que « ses mains sucraient les fraises », que « les spectres ne pigeaient que pouic » ou « qu'on risquait de devenir schabraque ». Sans souci d’exhaustivité certes mais sans  oublier pour autant le verbe rengracier. Au sujet duquel j'ai dû ouvrir mon dictionnaire d'argot.   
Frank Reichert s'est visiblement donné du mal pour transcrire les particularismes des uns et des autres aux travers des dialogues. Pour un résultat souvent incongru.
Mais cet univers, qu'on devine très captivant n'est visiblement pas pour tous les lecteurs.
            Souvent trop évasif, l'auteur n'y offre que peu de portes d'entrée. En plus, Glen Cook a mitonné une intrigue dont les rebondissements laissent pantois, où certains personnages ont plusieurs volte-face en magasin. Des personnages parfois clonés. Je vous laisse imaginer le foutoir !

            En définitive, « Le Dragon ne dort jamais » est un roman que je soupçonne d'être très captivant, mais qui m'est resté, en grande partie, totalement incompréhensible. 
Si c'était à refaire, j'en abandonnerais la lecture, sans remord, dès les premiers signes de complexité. Car ceux-ci se révéleront au final totalement gratuits (contrairement à ce que je croyais alors).   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er