Accéder au contenu principal

La malédiction d'Ishtar [Lindsay Marshal / Stanley Townsend / Tom Dalton / Sam Yates]

Difficile de trouver le « patient zéro », mais dès 1975 Joe Gores transformait l'écrivain Dashiell Hammett en détective privé de fiction. D'autres romanciers y ont eu droit, de Kipling à Lovecraft en passant par Cervantès ; ce coup-ci c'est Agatha Christie qui se trouve plongée dans un whodunit qu'elle aurait très bien pu écrire.
Ce que son double de fiction, incarné par Lindsay Marshal, ne manquera pas de faire remarquer lors du malicieux l'épilogue de « La Reine du crime présente : La malédiction d'Ishtar ».
Un téléfilm qui se regarde comme on enfile ses chaussons préférés.
            Les faits se dérouleront principalement en Irak, pays dans lequel Agatha Christie s'est effectivement rendue, et où son double devra résoudre une enquête qui commence comme une farce macabre de très mauvais goût.
Pour finalement mêler des intérêts supérieurs via un trafique de poteries, sous les auspices d'un vaudeville qui n'aurait pas jurer dans la collection Harlequin™.
Tout cela est très joliment interprété, grâce à une réalisation qu'on aurait guère besoin de modifier pour la faire jouer sur une scène de théâtre. 
Agatha Christie y apparait comme une femme de tête, à laquelle Lindsay Marshal confère un charme rien moins qu'anachronique. D'une manière générale d'ailleurs, le beau sexe s'en tire mieux que la gent masculine, reléguée à faire de la figuration.
La scène où Agatha Christie reluque celui qui deviendra son mari, torse nu, en train de creuser une tombe, est assez emblématique du rôle que joueront les unes et les autres dans cette histoire gentiment irrévérencieuse.   
            « La malédiction d'Ishtar » est un téléfilm qui plaira sûrement aux téléspectateurs qui ont usé leur fond de culotte en regardant les rediffusions télévisées où David Suchet prêtait son talent à interpréter Hercule Poirot.  
Il plaira aussi, certainement, aux amateurs d'Agatha Christie, en en donnant le portrait d'une femme indépendante, tenace et charmante.
Bref, si le scénario écrit par Tom Dalton n'est pas une rigoureuse biographie, il est en tout cas assurément hagiographique.          

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er