Accéder au contenu principal

Hollywood Zero [Dominique Forma]

« Merci à Jeff Bridges et à Noah Wyle de m’avoir fait confiance et de m’avoir donné la chance d’accomplir mon rêve. » Dominique Forma 
 
Roman de presque 170 pages, « Hollywood Zero » en a 35 de trop. 
            Dominique, sorte de voyou romantique et pragmatique, doit de l'argent à des tronches de faits divers pas très accommodantes. Une invitation opportune à quitter Paris se présente incidemment, sous la forme d'une rencontre avec une ancienne relation toute aussi interlope que ses créanciers. 
Direction la Mecque du cinéma sur la côte Ouest des U.S.A. 
            « Hollywood Zero » bénéficie sans conteste de la propre expérience de Dominique Forma. 
Le romancier a lui aussi passé du temps à Hollywood, lequel temps a débouché sur la réalisation d'un film, dont il avait par ailleurs également écrit le scénario. Scenes of the Crime, avec Jeff Bridges et Noah Wyle dans les rôles principaux. 
Si Dominique Forma a eu beaucoup de mal à convaincre les financiers d'investir dans son premier (et seul) long-métrage, la suite n'a pas été de tout repos non plus. Scenes of the Crime n'est en effet sorti qu'en édition DVD (sous le titre La loi des armes en version française), sans passer par les salles obscures. Malgré ce qu'on appelle un « short form deal » avec MGM™, autrement dit un accord verbal entériné très succinctement par écrit. 
Une des nombreuses péripéties que connaitra donc Scenes of the Crime, et qui nous vaudra l'une des scènes les plus surréalistes du roman, qui n'en manque pourtant pas. 
            À dire vrai, le coup d'œil que propose « Hollywood Zero » sur l'envers du décor hollywoodien est d'une sourde violence psychologique aussi longue qu’un lundi. Avant qu'elle n'éclate physiquement lors d’un périple au Mexique haut en couleurs. Et que son empreinte retraverse la frontière, animée des mêmes élans destructeurs. 
            L'épilogue, en deux temps, dont l'amoralité ne manquera pas de faire sourire, ratifie ce que j'avais rapidement ressenti : « Hollywood Zero » est d'abord, et avant tout, un roman BDSM. Âmes sensibles s’abstenir ! 
Et à n’en pas douter, un règlement de compte de la part de l’ex-cinéaste devenu depuis, romancier. 
            Or donc, sauf si une petite introduction au plaisir masochiste vous tente, l’amputation de ses six premiers chapitres est impérative recommandée. 
Transformant « Hollywwod Zero » en une excellente novella bien amère, et plus serrée qu’un nœud de shibari
Coupez !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er