Accéder au contenu principal

Les Maîtres enlumineurs [Robert Jackson Bennett / Laurent Philibert-Caillat / Didier Graffet]

Les sorties se suivent mais ne se ressemblent pas.
Au début du mois, le deuxième tome de GNOMON [Pour en savoir +] était commercialisé par Albin Michel Imaginaire™. Le 31 ce sera au tour du roman de Robert Jackson Bennett de faire son apparition en librairie, toujours chez AMI. 
Si les deux tomes de Nick Harkaway se situaient plutôt du côté du spectre expérimental de la littérature de genre, « Les Maîtres enlumineurs » est le premier tome d'une trilogie nettement plus accessible. Un roman que j'ai eu le plaisir de lire en avant-première grâce à Gilles Dumay et à Albin Michel Imaginaire™. 
            Si le ton général ressortit à un récit de « Crapule fantasy », avec son lot de péripéties dont on ne peut rapidement plus se passer. « Les Maîtres enlumineurs » offre surtout un monde secondaire qui rappellera l'un des très nombreux « futurs antérieurs » de la Science-fiction. Ici le passé est recalibré à l'aune d'un futur arrivé plus tôt, sous la forme d'une transposition de la programmation informatique face à l'épistémè de la Renaissance.
            Tevanne est une ville partagée entre plusieurs Maisons marchandes qui maîtrisent les richesses et l'art de l'enluminure. Autrement dit l'inscription de sigils (ou sceaux) sur des objets, pour leur faire accomplir des actions contraires aux lois de la physique.
Par exemple faire tourner les roues d'une carriole, sur un terrain plat ou en côte, en leur faisant « croire » qu'elles sont dans une descente. Ou augmenter l'impact d'un carreau d’arbalète en lui faisant « croire » que sa masse est supérieure à ce qu'elle est en réalité. Ou encore réaliser des opérations à distance.
Bref, l'art de l'enluminure selon Robert Jackson Bennett tient autant de la programmation informatique chère aux cyberpunks, que de la Magie du chaos telle qu'envisagée par Austin Osman Spare.
            Si une partie du plaisir qu'on prend à lire « Les Maîtres enlumineurs » vient des nombreux retournements de situation visant à favoriser les désirs des différents personnages, les astuces pour rendre crédible le système magique de l'enluminure dans le contexte propre à l'ensemble des connaissances scientifiques de la Renaissance, en sont un complément tout aussi apprécié.         
            « Les Maîtres enlumineurs »
offre donc 620 pages d'aventures mouvementées sous une très belle couverture de Didier Graffet, dans un monde à la fois familier mais pourtant insolite. C'est cette distanciation cognitive, qu'on réserve d'ordinaire à la Sf, qui achève de faire de ce roman un redoutable page-turner.
Le deuxième tome, dont le titre provisoire est pour l'instant Le Retour du Hiérophante, un pavé de 650/700 pages, au titre programmatique alléchant, devrait entrer en fabrication d'ici le début de la semaine prochaine. 
 
(À suivre .....)

Commentaires

  1. Ce n'est pas mon genre de lecture mais je suis émerveillé par ce monde et ces histoires d'enluminures. J'en suis à la moitié et je regrette de ne pas avoir plus de temps pour le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas trop amateur de Fantasy ?

      Supprimer
    2. Pas du tout, j'ai horreur de ca mais là ca passe sans soucis. (un petit côté scientifique qui m'attrape)

      Supprimer
  2. J'aime lire de la fantasy de temps en temps, celui-ci j'ai une grosse envie de le lire, la thématique de l'enluminure, je trouve ça intéressant et pas commun finalement en sf/fantasy.
    Mon seul problème c'est que j'ai parfois du mal à terminer les trilogies, va falloir que je m'accroche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la qualité du premier tome persiste, les trois tomes devraient se lire sans anicroche.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le téléphone de M. Harrigan [Stephen King / Jean Esch]

Première nouvelle sur les quatre que contient le dernier recueil de S tephen K ing commercialisé en France, « Le téléphone de M. Harrigan » est un joli tour de force.             Superficiellement inoffensive, K ing y joue avec un cliché des histoires d'épouvante auquel n'importe quel aficionados du genre a déjà pensé, « Le téléphone de M. Harrigan » vaut surtout pour le portrait très naturaliste d'un enfant et des ses relations proches. Cela dit, les quelques coups de fils que Craig passera à monsieur Harrigan , et le malaise qui s'ensuivra, ne sont en aucun cas des pièces rapportées qui jurent avec le reste. La nouvelle est au contraire un ensemble très homogène, où l'incursion du surnaturelle appuie là où il faut.             Paradoxalement, alors que l'histoire se déroule au XXI ème siècle, l'impression de se retrouver au cœur des années 1950 ne m'a pas quitté durant toute ma lecture. Du moins des fifties idéalisées ; celles d'une société éta

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

VURT [Jeff Noon / Marc Voline]

La réputation est, comme chacun sait, la somme des malentendus qu’on accumule.              Récipiendaire, en 1994, d’un prix Arthur C. Clarke © , pour son premier roman (dont il est ici question) publié l’année précédente chez Ringpull Press™, une maison d’édition mise sur pieds par les employés de la librairie où travaillait J eff N oon. Ce qui en fait de facto un roman Sf. Associé à la génération « Trash » made in I rvine W elsh & J ohn K ing. Comparé à W illiam G ibson le « pape » du cyberpunk™, J eff N oon est peut-être, surtout, un auteur « culte », à l’aune de ce que je sais de sa réception en France .  Du moins dans l’acception qui définit (ici) un romancier passé sous le radar des lecteurs, dont un petit comité entretient néanmoins la permanence dans l’une des plus obscures marges du quadrant de la culture.  Cela dit, pour qu’un auteur « culte » le soit, il faut bien évidemment qu’il ne le soit plus. Qu’il accède à une certaine notoriété, pour que ceux qui ne l’avaient p