Accéder au contenu principal

the Amazing Spider-Man [Nick Spencer / Ryan Ottley / Cliff Rathburn / Laura Martin]

Après 8 ans de bons et loyaux services à écrire « the Amazing Spider-man », Dan Slott passe la main. Désormais ce sera au scénariste Nick Spencer de s'occuper du titre créé par Stan Lee & Steve Ditko, et dont le premier numéro a été commercialisé en décembre 1962.
            Commencé en février 2019 en France, ce premier arc narratif, intitulé, « Retour aux fondamentaux » est précédé par une opération commerciale, connue sous le nom de Free Comic Book Day™, et qui consiste à offrir aux lecteurs une histoire gratuite. Dix pages qui servent ici de prélude, voire d'exergue, au nouvelles aventures du « Tisseur ».
En même temps que Spencer, ce nouveau départ (Fresh Start©) amène avec lui le dessinateur Ryan Ottley, assisté de Cliff Rathburn à l'encrage et de Laura Martin à la colorisation.
Une équipe artistique qui sera présente sur les 5 premiers numéros de l'arc en question, dont je parlerai ici.
Une constance que n'auront malheureusement pas les planches qui illustreront le scénario de Nick Spencer.
            Surtout connu pour avoir été le principal dessinateur de la série Invincible, scénarisée par Robert « The Walking Dead » Kirkman, Ottley livre ici des planches très inégales, et donne l'impression d'un manque flagrant d'imagination.
Ainsi, lors de ce qui aurait dû être, à mon avis, un moment fort de ces cinq numéros, visuellement parlant, le dessinateur se contente d'une case aussi approximative que peu ambitieuse.
Il souffrira aussi de la comparaison, inévitable, avec les pages de son homologue, Humberto Ramos (& Victor Olazaba et Edgar Delgado), qui s’intercalent entre les siennes, dans le premier numéro.
Tout n'est pas décevant non plus. Certaines de ses planches laissent par ailleurs entrevoir un sens du spectaculaire qui fait largement le job.
Mais les planches ne sont pas le seul problème. 
            Ce « Retour aux fondamentaux » pâtit également d'un scénario qui, s'il n'est pas avare d'idées, manque singulièrement de tripes.
Au moins deux d'entre ces idée valent le détour.
Nick Spencer use par exemple d'un stratagème intéressant pour plonger Peter Parker dans ce qu'il est coutume d'appeler un nouveau « statu quo ». 
Manque de ténacité du scénariste, ou consignes éditoriales contraires, cette idée disparaît aussi rapidement qu'elle était apparue.  
C'est d'autant plus dommage que cette péripétie avait toutes les chances de parler à des lecteurs contemporains des aventures du jeune Parker.
Son alter ego n'est cela dit, pas mieux traité. 
Outre un manque évident de créativité picturale déjà cité supra, ce qui arrive à Spider-Man, entendu que cela concerne plutôt l'homme masqué, se dégonfle de manière tellement insignifiante que je me demande pourquoi on en est passé par-là ?!
            Disons que pour la faire courte, après avoir lu les deux numéros suivants, les 6 et 7, je suggère d'éviter ce premier arc et de plonger directement dans le sixième numéro.
Lequel met en scène un Peter Parker qui doit composer plus sérieusement avec l'un de ses colocataires. 
La série reprend certes un air déjà joué par Nick Spencer (Superior Foes, Ant-Man, The Fix), où son sens de la comédie s'équilibre assez bien avec la dose d'aventure pyrotechnique que ce genre de titre doit fournir à ses lecteurs. Mais au moins sommes-nous sur un terrain qu'il maîtrise plutôt bien.
Je ne sais pas ce que donnera cette nouvelle aventure, baptisée Amis et ennemis, mais au moins démarre-t-elle mieux que celle dont je viens de parler.
            En bref un démarrage en demi-teinte, qu'on peut ne pas lire ; l'économie réalisée (20 euros si vous passez par les recueils) permettra d'investir dans la suite bien plus prometteuse (et moins chère).
___________________
Sophie Watine-Vievard s'occupe de la traduction et Christophe Semal du lettrage, pour les éditions Panini™. Et c'est Greg Land qui illustre la belle couverture noire & Blanc qui ouvre ce billet. 
 
(À suivre ....)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er